Aix en Provence… Une histoire de toponymie


Aujourd’hui, ce n’est pas d’un lieu précis dont je vais vous parler, mais plutôt de l’évolution du nom d’Aix (ou de toponymie pour utiliser le terme exact). Car si nous la connaissons de nos jours sous le nom d’Aix en Provence (ou juste « Aix » pour les intimes), il faut savoir qu’elle ne fut pas toujours nommée ainsi. Aix en Provence donc, car tel est son nom, ne date pas d’hier, et cet article sera l’occasion pour nous de découvrir les différentes dénominations qui lui ont été attribuées au fil du temps. Nous aborderons également le nom du cours Mirabeau, ainsi que les changements effectués dans le nom des rues au début du XIXe siècle.

Aux origines, la fondation de la ville :

Fondée en 122 av. J-C par Caius Sextius Calvinus, la cité antique prendra le nom d’Aquae Sextiae en référence à son fondateur. Ce nom que l’on pourrait traduire par « les eaux de Sextius », s’explique premièrement par la forte présence de sources dans la zone (aquae, les eaux), et secondement par le nom de son fondateur (Sextius).

Une carte représente la « ville » à cette époque, il s’agit de la table de Peutinger. Cette carte représente une partie du monde vers le IVe siècle, c’est la copie réalisée vers le XIIIe siècle d’une carte plus ancienne, on y distingue Aix avec l’appellation « Aquis Sestis » :

Aquis Sestis, la future Aix en Provence sur la table de Peutinger
Aquis Sestis, la future Aix en Provence sur la table de Peutinger

Le temps passa et l’appellation changea à nouveau pour se « franciser ». Cette information nous vient d’un ouvrage nommé « Traité de l’Eglise de Dieu contre les calvinistes » par Jean Pellicot. L’original de cet ouvrage, conservé à la bibliothèque Méjanes,  porte l’inscription  : « Imprimé à Aix-en-Provence par Pierre Roux 1575 au devant la grand église S. Saulveur ». Nous pouvons donc en déduire sans grand doute que le nom d’Aix (en Provence) était utilisé au moins depuis la seconde moitié du XVIe siècle.

Bien que nous y lisons « Aix en Provence », il faut savoir que la particule « en Provence » ne devint réellement officielle que bien des siècles plus tard.

Le XXe siècle, l’appellation définitive :

Jusqu’au tout début du XXe siècle, on se contentait simplement du nom d’Aix tout court (même si la particule ‘en Provence » était parfois mentionnée). Il faudra attendre le XXe siècle et l’année 1932, où par un décret de Paul Doumer, alors président de la république, pour que soit décidé le nom définitif d’Aix en Provence pour la ville.


Passons à présent à son artère principale, ou plutôt l’origine et l’évolution de son nom :

L’histoire du cours Mirabeau et de son nom :

Un peu d’histoire:
Il faut savoir qu’à l’origine, au milieu du XVIIe siècle, ce cours fut crée en tant que lieu de promenade et ne menait pas à la place de la Rotonde comme aujourd’hui car elle n’existait pas encore. Il se terminait par une fontaine et une balustrade (voir la fontaine des Chevaux-Marins). Un cul-de-sac en quelque sorte; on s’y promène, on s’y montre mais on ne va nulle part. On y accédait donc par les différentes rues le desservant, celles de la ville ancienne au nord et à l’est, et celles du récent quartier Mazarin au sud, alors tout juste âgé de quelques années. Cette promenade/cours établi(e) à la place des anciens remparts et fossés de la vieille ville fut probablement un réel lieu d’agrément pour l’époque. Il sera « ouvert » à la toute fin du XVIIIe siècle sur un emplacement qui deviendra plus tard la place de la Rotonde.

Pour en revenir à son nom:
Avec son rôle de cours à carrosses, il prit naturellement le nom de « cours », tout simplement. D’ailleurs, il suffit de regarder les panneaux de rues en français/provençal à son entrée pour voir que son ancienne dénomination était « lou cous » en provençal, soit « le cours » en français.

Il faudra attendre le XIXe siècle et l’année 1876 pour qu’on lui ajoute le nom de Mirabeau, qui fut élu représentant d’Aix au Tiers-Etat en 1789.

Pour l’anecdote, dans son oeuvre « Les rues d’Aix » parue en 1846-1848, l’historien aixois Roux-Alpheran, à propos du cours écrivait: « …sa superficie étant de 18000 m², on pourrait y réunir la totalité de la population de la ville, des faubourgs et du territoire… »

Rappelons que ces mots furent écrits vers le milieu du XIXe siècle. Je ne suis vraiment pas sûr que ce serait le cas en 2014.


Attardons nous présent sur le double affichage français/provençal des panneaux,
qui indiquent l’ancien nom des rues avec en dessous leur nom actuel :

Le nom des rues, anciens noms et nouveaux :

Pour ce qui est de l’origine du nom des rues, je ne vais pas toutes les énumérer, non. Ce que je peux vous dire c’est que si vous regardez bien, à l’entrée de chaque rue du centre ancien, deux panneaux indiquant leur nom sont souvent présent: l’un en français: l’actuel nom, et l’autre en provençal: l’ancien nom.  La question que l’on peut alors se poser c’est: « Pourquoi avoir changé le nom des rues?

Pour comprendre, il faut savoir qu’anciennement, on donnait aux rues une dénomination « pratique » ou « traditionnelle », on indiquait par ce nom ce qui se trouvait là. Mais à partir du XIXe siècle tout change, plusieurs rues commencent à être renommées. Désormais, on ne nomme plus « pratique » mais « pédagogique ». Des nom de personnalités historiques nationales ou locales, ou encore de grandes dates auxquelles ont rend hommage.

C’est donc en 1811 que les premières traces de changements eurent lieu à Aix lorsqu’il fallu nommer trois nouvelles rues auxquelles on donna des noms de personnalités locales (les rues Peiresc, Monclar et Tournefort). Certes ces rues n’avaient pas encore de noms donc on ne peux pas réellement parler de changements, mais c’était la première fois que l’on ne donnait pas un nom « explicatif » ou « descriptif » à une rue, et qu’on rendit hommage à des personnalités en donnant leur noms à des rues. La même année, plusieurs autres rues qui avaient déjà un nom celles là, furent renommées et acquirent pour la plupart le nom qu’elles ont encore aujourd’hui.

Ailleurs en France et plus tôt dans le temps, cette pratique avait déjà été utilisée (entre autre) lors de la révolution afin d’effacer toutes traces de l’ancien régime.


POUR CITER CET ARTICLE :

- Les textes et images (images où figure le logo Aix en découvertes) de cet article
sont publiés sous licence Creative Commons CC-BY-NC-ND.


[licence Créative Commons CC-BY-NC-ND logo]

En cas de réutilisation du contenu de cet article vous devez : mentionner le nom de l'auteur de l'article et intégrer un lien vers celui-ci, ne pas faire d'utilisation commerciale du contenu que vous réutilisez, intégrer un lien vers la licence
et ne pas diffuser de version modifiée du document original (concerne les photos et illustrations).

- Sur les réseaux sociaux : Evitez d'extraire des photos du site, ça ne sert à rien.
Partagez seulement le lien de l'article qui vous a plu.
Plus d'infos en cliquant ici pour les conditions ou ici pour me contacter.

  – Sources:
« Récits de la rue et de la ville:Aix-en-Provence », Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 11 | 2002, mis en ligne le 21 juin 2004, consulté le 09 décembre 2014. URL : http://rives.revues.org/120
Wikipedia
Roux Alpheran – Les rues d’Aix Tome 2


Poster un Commentaire

avatar