Coup de gueule #1 – Finale et fontaines : Carton rouge

Coup de gueule #1 – Finale et fontaines : Carton rouge


(Oui, coup de gueule #1 car il y en aura peut-être d’autres, l’avenir le dira).


On va commencer par une devinette : Connaissez-vous la différence entre une fontaine, un escabeau, et un tapis ? La réponse sera donnée plus bas mais lisez surtout l’article, il y répond aussi.


Bon, avant d’aller plus loin, je me doute que cet article ne va pas plaire à tout le monde, traitez moi de rabat-joie, j’assume mes écrits.


Il faudrait que l’on m’explique quelque chose que je n’arrive pas à saisir :

Souvenez-vous, il y a encore peu de temps, en mai dernier, la fontaine des 4 Dauphins avait été vandalisée ou dégradée ou saccagée (choisissez le mot que vous voulez). D’ailleurs les faits s’étaient déjà produits en 2016. J’avais évoqué cela dans un article.

A chaque fois, suite à ces faits, la ville a condamné ces actes et c’est bien normal, rappelant la gravité de la chose. Les habitants aussi se sont montrés touchés, là aussi c’est normal. Il est sûr qu’en chevauchant ou escaladant une vieille construction, on ne peut que l’abimer ou, du moins, la fragiliser. En tout cas, ça ne l’aidera pas à bien vieillir.

On a, du coup, eu droit aux discours habituels : « …Il faut prendre soin du patrimoine… », ou « …c’est intolérable… », « …ces individus n’ont rien dans le crâne… » et plein de trucs dans le genre. En bref, de la bonne morale.

On est donc en droit de ce dire que le peuple se veut responsable de son patrimoine.

Seulement voila, on dirait que cette notion de « responsable » est à deux vitesses car quand la France devient championne du monde de foot, aux chiottes les beaux discours !


Le patrimoine ? On lui marche dessus !

Il suffit d’observer les photos ci-dessous issues de Facebook pour y observer le comportement d’individus visiblement peu soucieux du patrimoine, ne se gênant pas pour escalader plusieurs fontaines anciennes.

– Ci-dessous la fontaine moussue (trois siècles d’âge) piétinée :

La fontaine des 9 canons (trois siècles d’âge). Le danger ici est la présence de personnes debout sur l’étroite base de la partie supérieure de la fontaine :

Ou encore la fontaine de la Rotonde (un siècle et demi d’âge) escaladée, la palme revenant à ceux qui sont allés jusqu’à monter au sommet des trois statues à 12m. de hauteur :


Sérieusement, c’est trop dur de se contenter des bassins plutôt que d’escalader au risque de causer des dégâts ?

Je vois déjà venir des reproches me disant que je casse l’ambiance, qu’il ne s’agit là que de deux ou trois pierres qui auraient pu se détacher, c’est votre point de vue. Mais il y a autre chose : la sécurité, tout simplement. Car, qu’on le veuille ou non, patrimoine ancien et sécurité restent indirectement liés.

Pour ma part, je me moque de ce qui aurait pu arriver à ceux qui sont montés au sommet de la fontaine de la Rotonde, (c’est leur problème si ils prennent des risques) mais si ces gens s’étaient blessés ou pire, tués en chutant de si haut (la fontaine de la Rotonde culmine tout de même à 12 m. de hauteur…), ou si ces individus avaient blessé du public en causant la chute de pierres, qu’en aurait-il été ? Aurait-on accusé la ville ? Aurait-on critiqué la vétusté des fontaines ? 

Comme tout ce qui est vieux et malgré leur entretien, on l’imagine, rigoureux, ces constructions restent anciennes et restent donc fragiles. Ça peut paraître idiot dit comme ça, et pourtant.

D’ailleurs, même sans blessé(e)s, si des individus avaient détérioré l’un de ces édifices, qu’en aurait-il été là aussi ? Leur aurait-on pardonné au nom de la sacro-sainte victoire des bleus ? Y aurait-il eu, au moins, la moindre sanction ?

En fait, la question toute bête que je me pose ici c’est : pourquoi y a t-il des jours où l’on doit prendre soin des édifices, et d’autres où l’on peut s’en foutre royalement ? Des jours où il faut s’en soucier, et d’autres où l’on peut les oublier ?

Je prends bien en compte le fait que le nombre de personnes ayant envahi les lieux ce jour là n’a pas aider à réguler quoi que ce soit. De plus, je ne jette la pierre ni à la municipalité, ni aux forces de l’ordre.  Et puis de toute façon, à défaut de toujours s’en remettre aux officiels et à la peur du gendarme il est, avant toute chose, regrettable que le public, de lui même, ne sache pas faire preuve de bon sens.


Alors, ok, il ne s’est rien passé de grave, pas de blessé(e)s ou de dégradations, du moins, à ma connaissance. Cependant, que l’on ne vienne pas me ressortir de jolis discours à la prochaine dégradation d’un édifice, car selon le jour où on les mets en danger, il y a visiblement deux traitements radicalement différents.

N’oublions pas que nous sommes tous et toutes responsables du décor qui nous entoure. Et il ne faut pas attendre qu’un édifice soit brisé pour venir se rappeler qu’il existait en un seul morceau auparavant.

Quand on célèbre son pays, que l’on veut montrer qu’on l’aime et qu’on en est fiers, on commence déjà par aimer et prendre soin de son patrimoine.

 – – –

Personnellement, à ce niveau et lorsque je vois des agissements comme ceux-là, je doute beaucoup que les dégradations causées à la fontaine des 4 Dauphins aient réellement marqué les esprits jusqu’à en tirer des leçons…

En tout cas, ce dimanche 15 juillet 2018, ces monuments n’étaient plus que de simples piédestaux d’où il fallait voir et, surtout, être vu.


Et comme se demandait la ville sur sa page Facebook en mai dernier suite à la dégradation de la fontaine des 4 Dauphins :

Comment peut-on être aussi peu respectueux du patrimoine ? Justement, moi aussi je me le demande…


Ah, et pour la réponse à la devinette en début d’article, la différence entre une fontaine, un escabeau, et un tapis ? Voici la réponse : dans le cas présent, aucune.

Et non, je ne mets pas tout le monde dans le même panier non plus, heureusement je sais que je ne suis pas le seul à avoir été dérangé par ces façons de faire.


 


Poster un Commentaire

avatar