N’importe quoi


Je dis « n’importe quoi ». Oui, ou pas.

– – –

J’aurais pu ne pas publier cet article, je n’ai même pas aimé l’écrire. Cependant, je ne pouvais pas laisser des propos erronés et un jugement vide concernant des propos que j’ai pu tenir sans y donner une réponse.

Plutôt que d’avoir fait ça sur le coup, j’ai laissé un peu couler et je peux désormais décortiquer le problème.

Affirmation = Arguments, retenez bien ça pour la suite.

– – –

Si vous ne me suivez pas sur Facebook (et vous êtes nombreux), vous n’avez peut-être pas vu cet épisode. Je partage avec vous un petit « dialogue ». Retour il y a peu


Lundi 28 décembre 2020

Ce jour là, je me rend au cimetière des Milles, et à ma grande surprise, je retrouve les lieux dans un état d’entretien « très limite ».

Suite à cela, je publie, sur Facebook, une photo de ce que j’y ai vu, celle-ci :

Des cannettes de bières en vrac, un bout de pierre tombale au milieu d’une année et divers déchets ça et là. Des choses qui y étaient déjà présentes depuis plusieurs jours. J’y ajoutais le texte suivant :

« Petit passage au cimetière du village ce matin et que de découvertes… Canettes de bières et ordures en tout genres à même le sol, bouts de pierres tombales en vrac dans une allée, poubelles qui débordent jusqu’à en dégueuler.
Charmant, vraiment. En même temps, on s’en tape hein, ba oui, après tout y a que des morts là dessous. Moche. »


Mon second message :

En complément de cette publication, j’en ajoutais alors une autre pour clarifier le fait que je me suis contenté de dénoncer cela sur Facebook et de ne pas être allé à la mairie.

– – –

Le message que j’ai publié sur Facebook et les 7 points :

« Oui, passer par les réseaux sociaux peut paraître étrange plutôt que d’aller à la mairie mais :
– Point 1
:
Le cimetière des Milles (surtout vers le carré des concessions décennales) accueille trop souvent de tout, ça n’est pas nouveau, ça dure et ça se voit.

Point 2 :
Je sais bien que l’entretien de certaines parties dépend des familles des défunts.

Point 3 :
Mais pas l’entretien général (allées, déchets, bouts de pierres tombales au sol). Bien que chacun puisse aussi y mettre du sien (si la ville m’entend, je veux bien venir filer un coup de main).

Point 4 :
Des agents municipaux passent par le cimetière, notamment pour en ouvrir les portails, donc ils le parcourent, donc ils voient son état. C’est donc à eux de faire remonter l’info, ce qui visiblement, n’est pas le cas, ça ne doit pas les choquer.

– Point 5 :
Je ne balance pas non plus des photos pour le fun pour faire le fort caché derrière mon pc (vous avez mon nom et mon prénom).

– Point 6 :
D’un point de vue plus général, je ne sais pas ce qu’il en est des autres quartiers mais Les Milles laisse une petite impression d’arrière-plan général, le genre truc flou auquel on pense après, ou pas trop (police bien rare, pistes cyclables en piteux état, passages piétons effacés, etc…) A croire que les besoins du village sont encore calculés selon des statistiques d’il y a 20 ans. Mais le « village » a changé depuis, il s’est peuplé et étendu, il serait temps de recalculer tout ça en fonction de la situation actuelle. Bref, ça ne changera rien d’avoir écrit ces lignes mais c’est ce que je pense.

– Point 7 :
Cette page est, à la base, pour évoquer l’histoire d’Aix et ses alentours mais quand j’estime que quelque chose de concret pose problème, je n’hésite pas à le publier ici, libre à chacun(e) de faire avec ou non. Voila voila 🙂 – Donc, chère ville d’Aix si il faut un coup de main pour le cimetière, faites moi signe (de préférence avec une petite compensation financière quand même, les temps sont durs 😉 ) »


Une réponse :

Suite à cette mise au point, Monsieur Donatini, adjoint au village des Milles m’ a répondu ceci :

« Dans vos 7 points vous dites n’importe quoi c’est fort dommage pour vous de ne pas connaître le village des milles , venez me rencontrer cela sera avec très grand plaisir de vous recevoir et je vous donnerai les explications sur vos grosses erreurs de pensées… »

C’est tout ? Et les arguments, où sont-ils ? En quoi et où est-ce-que j’ai tort ? Il va falloir malheureusement se contenter de ça.


Donc je dis « n’importe quoi » sur mes 7 points ? Vraiment ?

Puisqu’on en est là, allons au bout des choses et reprenons mes 7 points pour voir si j’y dis vraiment « n’importe quoi ». Et non c’est pas de la mauvaise foi, et je ne joue pas sur les mots, ça s’appelle DE L’ARGUMENTATION.

MERCI DE TOUT LIRE

– – –

Les 7 points que j’ai publiés sur Facebook, repris un par un :

Point 1 – L’état du cimetière des Milles :
Je passe très souvent dans le cimetière, notamment au niveau des concessions décennales et l’entretien est faible, par ailleurs, sur Facebook des lecteurs ont confirmé mes dires.
# – DONC : Je ne suis pas le seul à le penser et j’ai eu l’occasion d’observer certains « débris » pendant des semaines (et je ne suis pas le seul non plus), je ne vois donc pas où j’ai tort. Je ne dis pas n’importe quoi.

Point 2 – L’entretien des tombes :
L’entretien des tombes est bien à la charge des familles des défunts, sinon à qui ?
# – DONC : Dites-moi où j’ai tort. Je ne dis pas n’importe quoi.

Point 3 – L’entretien général du cimetière :
L’entretien des allées n’est pas du ressort des « locataires » mais revient plutôt à la ville, non ? (même si chacun peut aussi y mettre du sien).
# – DONC : Là non plus, je ne vois pas où j’ai tort. Je ne dis pas n’importe quoi.

Point 4 – Le problème vu par les personnes qui y passent :
Oui, des agents municipaux passent dans le cimetière pour en ouvrir les portails et donc, j’imagine bien qu’ils voient l’état des lieux (les portails ne s’ouvrent pas tout seuls que je sache). Et non visiblement ils ne font pas remonter l’info sinon nous n’en serions pas là.
# – DONC : Là aussi, je ne vois pas où j’ai tort. Je ne dis pas n’importe quoi.

Point 5 – Mon identité et pourquoi je publie ça :
Euh oui, j’ai rien inventé…, vous avez mon nom et mon prénom (coucou, c’est moi Damien Pachot, c’est marqué sur la page Facebook, sur le compte Twitter et dans l’entête du site, franchement…) et je ne fais pas ça pour le plaisir, je constate des choses qui se voient et qui durent, c’est tout.
# – DONC : Là aussi j’ai raison. Je ne dis pas n’importe quoi.

Point 6 – L’état des pistes cyclables et certains passages piétons :
Oui, Les Milles peut laisser une impression un peu floue. Et je suis loin d’être le seul à le penser.
– La police ? Il n’y en a plus depuis longtemps (les postes de la nationale et la municipale ont disparu depuis un bail). Suite à quelques déboires de voisinage, en l’espace d’au moins quatre ans, la police ne s’est déplacée qu’une fois. Et ce, sans compter le stationnement anarchique sur les trottoirs (sympa pour les personnes à mobilité réduite…). La zone 30 km et ses excès de vitesses. Bien peu de contrôles.
– L’état de la piste cyclable du chemin Guigou depuis des mois, ça aussi c’est n’importe quoi ? Les photos ci-dessous valent mieux qu’un discours :

– Les passages piétons effacés ? Là aussi, des photos suffisent. Ici, le passage de l’avenue Requier qui est à demi-existant depuis des mois, et ce tout en étant situé juste après une haie. Les piétons doivent s’avancer jusque sur la route pour voir si il y a des véhicules (véhicules qui ne voient quasiment pas le passage sur cette partie de la voie) :

Le passage de l’avenue Decanis ? Là aussi, un coup de peinture serait le bien venu :


Quant au fait que j’évoque les besoins du village calculés sur des statistiques erronées, j’ai peut-être exagéré le chiffre, certes. Reste que oui, le village a changé et l’impression d’un décalage est bien présent.
# DONC : Toujours est-il que sur ce point 6 on peut bien difficilement remettre en question mes affirmations. Je ne dis pas n’importe quoi.

Point 7 : Mon site parle d’Aix et j’y publie ce que je veux :
M’enfin, en quoi j’ai tort là ? C’est un fait ça. Oui c’est mon site et j’y parle d’Aix et d’autres choses… Expliquez moi donc comment on peut contredire ça. Et le pire dans ce point, c’est que, très sérieusement, je proposais même mon aide pour le nettoyage du cimetière. Proposer son aide, c’est dire n’importe quoi ? OK, sympa
# – DONC : Là, je ne peux avoir que raison sur ce point. Je ne dis pas n’importe quoi.


DONC :

Je ne vois donc PAS DU TOUT en quoi j’ai dit « n’importe quoi » sur MES 7 POINTS.

Je tiens à préciser que, lors de cet échange, j’ai été le seul à argumenter mes propos. Tout en précisant bien que je n’accusais pas gratuitement la ville ou Les Milles en particulier, ayant admis dans un commentaire que certains travaux revenaient peut-être aussi à la Région, au Département, à l’Etat ou un truc dans le genre. Il n’empêche.

Je précise aussi que, par cette action, je ne dénigre en aucun cas le village des Milles, pour lequel j’ai de l’intérêt et auquel j’ai consacré plusieurs articles sur son histoire et son patrimoine (qui seraient inexistant sans mon initiative au passage).

Vingt-six ans que j’y vis et on sous-entend que je ne connais pas le village. Je n’en suis peut-être natif (ça, les locaux me l’ont bien assez répété, merci) mais un quart de siècle c’est peut-être suffisant pour se faire un avis sur un lieu non ?

Au final, on se retrouve dans une situation où :
– Je montre des faits argumentés, prouvés, observables par tous et confirmés par des habitants, dans des propos réfléchis, je propose mon aide ;
Et en réponse on m’affirme juste que je dis « n’importe quoi » SANS AUCUNE CONTRE-AFFIRMATION. C’est consternant.

Si j’étais donc allé à la mairie pour signaler l’un de ces problèmes, c’est ce que l’on m’aurait dit ? Que j’invente ? C’est en tout cas ce que je devrais malheureusement en déduire au vu de cette histoire. A croire que j’aurais presque bien fait de ne pas y aller… Désolant.

Alors, oui, un rendez-vous m’a été proposé pour d’avantages d’explications, mais plutôt que juste de me dire que je dis « n’importe quoi » j’aurais aimé voir dans un commentaire de ma publication un minimum d’explications qui auraient aussi pu renseigner les multiples personnes qui suivaient le fil de la discussion sur Facebook. C’est ma page, mais elle est aussi là pour le public.

D’autant plus qu’en ce qui concerne la communication du village, à ma connaissance (à part le site de la ville d’Aix) il n’existe aucun site web ou aucune page Facebook ou Twitter « officiels », dédiés au seul village des Milles (en 2020 !) qui en mériterait pourtant à notre époque, là aussi y a comme un décalage. Difficile donc, d’être tenu au courant d’éventuels projets pour le village ou de leur avancée. Il est donc tout à fait légitime que, parfois, les habitants se posent des questions face à une carence en communication.

En gros, j’ai apporté des arguments de mon côté donc j’aurais voulu avoir, en retour, des contre-arguments, même infimes qui auraient été les bienvenus. Que l’on me dise, à moi (et autres) où j’ai dit « n’importe quoi ». Même si j’avais dû me tromper et passer pour le râleur de base auprès de mes lecteurs, peu importe, j’aurai assumé car je suis tout à fait en mesure de reconnaître mes torts. Mais rien d’autre que du « Vous dites n’importe quoi », c’est bien maigre comme apport dans un dialogue.

Je suis tout à fait d’accord pour que l’on me contredise, mais avec des arguments c’est mieux, sinon à quoi bon ?

A suivre.



L'ajout de commentaires est momentanément désactivé.