Le pendu de la place des trois ormeaux


Esoterisme quand tu nous tiens…

Comme bien des villes, Aix en Provence n’est pas en reste en matière de légendes et d’histoires parsemées de mystères. Aujourd’hui nous allons nous arrêter non loin du Palais de Justice, au carrefour de quatre rues: les rues de Montigny, des Epinaux, Matheron et Jaubert. Elles aboutissent toutes en un même lieu fort agréable: la place des trois ormeaux.

Agréable de nos jours, car une bien sombre histoire s’est déroulée sur cette place mais avant de l’aborder, découvrons tout d’abord le lieu et attardons nous sur son histoire:


La place des trois ormeaux son histoire :

A l’origine, cet emplacement faisait face à une ancienne porte de la ville médiévale dite « des Jardiniers » (portale hortulanorum) qui faisait face à la place, à l’entrée de l’actuelle rue Jaubert. Puis, lors de son intégration à la ville au XVe siècle (voir les « Aix au fil des siècles » pour restituer l’état de la ville à l’époque), elle aurait été un lieu accueillant un marché horticole, où l’on trouvait une grande diversité de plantes. Peut-être accueillait-elle déjà ce type de marché avant son intégration à la ville, ce qui expliquerait le nom de la porte « des Jardiniers » qui lui faisait face.

La place des trois ormeaux par un froid dimanche de Janvier 2015
La place des trois ormeaux par un froid dimanche de Janvier 2015

Pour ce qui est de son appellation, elle eu premièrement celui de « Bertrand Bérici » qui fut consul d’Aix et qui avait sa demeure sur cette place au XVe siècle. C’est lorsqu’elle fut par la suite ornée de trois ormeaux qu’elle acquit le nom qu’elle a encore aujourd’hui.

Les panneaux indiquant le nom de la place en français et en provençal
Les panneaux indiquant le nom de la place en français et en provençal

La place est ornée d’une fontaine qui daterait du XVIIe siècle mais on suppose que ce n’est pas celle d’origine, explication: On sait qu’une première fontaine se trouvait là avant 1524 (fontaine qui aurait elle même remplacée un puits plus ancien encore), mais elle aurait été supprimée vers 1625 en raison de la contamination de la source qui l’alimentait. Malgré tout, elle aurait été rétablie vers 1632. Si on suppose que la fontaine actuelle ne serait pas celle d’origine, c’est parce qu’on ignore si les éléments qui la composent proviennent de celle qui existait au XVIe siècle.

La fontaine de la place des trois ormeaux qui daterait du XVIIe siècle.
La fontaine de la place des trois ormeaux qui daterait du XVIIe siècle.

Le pendu de la place des trois ormeaux :

Abordons à présent cette particularité qui s’est invitée dans l’histoire de ce lieu.
Sur cette petite place triangulaire aux allures de place de village s’est déroulé au XVIe siècle un événement, certes funeste, mais qui aurait tout aussi bien pu passer inaperçu tant les cruautés étaient choses courantes à l’époque. Seulement voila, un bien étrange détail s’est immiscé dans l’histoire, et a gravé ce jour dans les mémoires…

Nous sommes au XVIe siècle en 1524 et Charles-Quint décide de conquérir la Provence.
Le 3 Août de la même année, il envoie donc le connétable de Bourbon à Aix afin qu’il y obtienne l’ouverture des portes et la soumission de la ville. Ce qui se solda par un refus catégorique d’Aix qui se prépara au combat. C’est alors que de son côté, le prévôt Honoré de Puget, en compagnie de quelques aixois alla offrir les clefs de la ville dans le camp Bourbon. (Oui, c’est ce que l’on appelle un acte de trahison). Le prévôt fut d’ailleurs nommé viguier par le connétable en récompense de sa traîtrise envers Aix. Et c’est ainsi que le mercredi 9 Août, le connétable fit son entrée dans la ville.
Une entrée en vainqueur, où  il exigea que la population s’écrie « Vive Bourbon! » à son passage.
Ce que les aixois firent, en se forçant pour certains. Cependant, il est un paysan qui refusa de d’acclamer le connétable et qui s’écria à plusieurs reprises « Vive la France! » 
Pour ce refus de soumission, le pauvre paysan fut arrêté et pendu à l’un des arbres de la place.
Selon les dires de l’époque, même la corde au cou, il continuait de crier « Vive la France! ».

Et c’est à ce moment de l’histoire que l’étrange s’invite…
La même année, on dit que l’arbre auquel le paysan fut pendu mourut inexplicablement et à chaque fois qu’un arbre fut planté à l’emplacement de l’arbre du pendu, paraît-il que l’histoire se répétait: soit il ne grandissait pas, soit il mourrait. Un tel événement aurait-il également pu marquer les éléments à défaut de ne marquer que les mémoires? Libre à chacun(e) de se faire sa propre opinion à propos du caractère paranormal ou non de la chose.Toujours est-il qu’aujourd’hui, on peut voir trois arbres qui ont l’air en bonne santé sur la place.

La place a depuis perdu ses ormeaux, remplacés par d’autres arbres (selon le panneau sur la place ce sont des érables mais ils ont peut être été remplacés depuis l’installation de celui-ci), ce qui n’a pas empêché cette bien étrange histoire de parvenir jusqu’à nous. En revanche, pour ce qui est de l’explication de cette étrange histoire, nous ne l’aurons probablement jamais.


Au passage, découvrons, quelques éléments ornant la place:

Un oratoire accueillant une vierge à l’enfant en plâtre à l’angle avec la rue des Epineaux:

L'oratoire de la place des trois ormeaux
L’oratoire de la place des trois ormeaux

Ou encore la porte de l’Hôtel de Saphallin datant de 1672 (plus de trois cents ans déjà, mais probablement rénovée entre temps):

La porte de l'Hôtel de Saphallin datant de 1672 (XVIIe siècle)
La porte de l’Hôtel de Saphallin datant de 1672 (XVIIe siècle)

Conclusion :

Nous finirons avec la toute première représentation de cette place sur un plan de la ville d’Aix. Nous la devons à Belleforest dans son ouvrage « La cosmographie universelle de tout le monde » publié en 1575. J’y ai ajouté les nom des rues actuelles pour mieux se repérer: (la qualité de l’image est médiocre mais je ne pouvais pas faire mieux).

La place des trois ormeaux sur un plan d'Aix de 1575 Belleforest - "La cosmographie universelle de tout le monde"
La place des trois ormeaux sur un plan d’Aix de 1575
Belleforest – « La cosmographie universelle de tout le monde »

Pour la comparaison, voici une vue actuelle de cette même zone:

La place des trois ormeaux de nos jours Photo: Google Maps
La place des trois ormeaux de nos jours Photo: Google Maps

A voir la place plantée de ses trois arbres aujourd’hui cette « malédiction » est visiblement conjurée, en admettant que l’on puisse réellement utiliser le terme « malédiction ». Il est bon de rappeler que par les siècles passés, on avait vite fait d’effectuer des raccourcis et de souvent ramener l’inexplicable à des formes de malédictions ou de possessions. Cependant je m’arrêterais là pour ce qui est de vouloir démystifier cette histoire et vous laisserai y repenser la prochaine fois que vous passerez sur cette place. Et quand bien même vous ne seriez pas atteints par une quelconque forme de « surnaturel » n’oubliez tout de même pas que la pendaison, elle, à bien eu lieu sur cette place…


POUR CITER CET ARTICLE :

- Sur une publication web ou papier : Mentionnez le nom de l'auteur de l'article et un lien vers l'article source.
- Sur les réseaux sociaux : Evitez d'extraire des photos du site, ça ne sert à rien. Partagez seulement le lien de l'article qui vous a plu.
Plus d'infos en cliquant ici pour les conditions ou ici pour me contacter.

Sources:
aixenprovence.fr
Roux Alphéran – Les Rues d’Aix


Poster un Commentaire

avatar