Le Pin de Génas

Le Pin de Génas


Le haut du Cours Mirabeau s’achève par la Place Forbin, actuellement occupée par la Chapelle des Oblats bâtie à la toute fin du XVIIe siècle, plus anciennement, c’était le couvent des Carmélites qui y était installé depuis 1625. Le lieu où cet édifice religieux fut construit pourrait être comme n’importe quel autre, un terrain sans grande importance, un simple champ comme il y en avait tant autrefois…

Mais penser cela serait vite oublier l’histoire du pin qui a, ou aurait existé il y a un peu plus de 400 ans à l’emplacement même de cette chapelle.

La chapelle des Oblats Photo: © Aix en découvertes
La chapelle des Oblats Photo: © Aix en découvertes

 Remontons le temps jusqu’au XVIe siècle

Le terrain susnommé se situait alors en dehors de la ville (voir les cartes des évolutions d’Aix), et appartenait à François de Génas, Seigneur d’Eguilles et conseiller au Parlement d’Aix. Il était surtout huguenot (le nom donné aux adeptes du protestantisme en France à l’époque), et dès 1559 se mit à organiser en secret avec d’autres huguenots, des sortes de prêches.

N’ayant aucun bâtiment assez vaste pour accueillir ces rassemblements, ils avaient pris pour habitude de se réunir sous un fameux pin « dit de Génas » qui se trouvait sur les terres de ce seigneur (là où se trouve aujourd’hui la chapelle des Oblats). Il faut rappeler qu’à l’époque, catholicisme et protestantisme ne faisaient guère bon ménage, et les atrocités commises au nom de la religion dans la région étaient sans limites. Ce fameux pin dont nous parlons, fut sans doute le théâtre des pires atrocités commises à Aix. Et vers 1562, il fut choisi comme symbole pour pendre ceux qui allaient prêcher sous ses branches. Des dizaines de personnes y auraient été pendues, sans distinctions d’âge ni de sexe.

Selon les écrits de l’époque « Chaque matin, l’arbre fatal portait de nouveaux fruits… ».

– On raconte l’histoire d’une certaine Melchionne, qui pour avoir tenté de vendre des psaumes peu catholiques fut « …percée de coups de couteaux, et pendue encore vivante par les pieds à l’une des branches du pin de Génas… » inutile de préciser qu’elle n’y a pas survécu.

– On raconte encore l’horrible fin de Jean Salomon, conseiller à la Cour et lui aussi adepte de la nouvelle religion qui, se rendant de chez lui au palais fut poursuivi par la populace. Le pauvre homme essaya bien de se cacher dans le cloître du couvent de la place des Prêcheurs, mais peine perdue, il y fut poursuivi et aussi atrocement assassiné.

En 1564, le roi Charles IX séjournant à Aix eu vent des atrocités commises en ce lieu, et ordonna qu’on abatte cet arbre à la réputation désormais ternie à jamais.


Alors, légende ou pas ?

Il est malheureusement très vraisemblable que ces faits aient eu lieu:

Premièrement: comme dit plus haut, les atrocités commises au nom de la religion étaient à l’époque sans limites. Ce type d’événement est très ressemblant en terme d’horreur avec un autre massacre commis environ 10 ans plus tard à Paris pour les mêmes raisons: le massacre de la Saint-Barthélemy qui eut lieu le 24 Août 1572. Bien sûr, ces événements n’ont pas vraiment de liens directs entre eux hormis le conflit entre catholiques et protestants.

Deuxièmement: ce pin fut représenté sur une gravure de 1575 figurant Aix au XVIe siècle.Son emplacement y est indiqué par l’appellation « Jardin du Pin ». Si ce pin n’était que pure invention et s’il n’avait à aucun moment marqué les esprits, il n’aurait eu aucune raison d’être représenté et indiqué sur un plan de la ville.  Une preuve qui accentue un peu plus la véracité de ces événements.

Je finirais cette citation de l’auteur aixois Roux-Alphéran qui au XIXe siècle, dans son livre « Les rues d’Aix » à propos de l’histoire du Pin de Génas écrivait : « …on n’y croirait peut-être pas, si, de nos jours, nous n’avions été témoins de semblables atrocités qui prouvent que les hommes sont toujours les mêmes lorsqu’ils se laissent aveugler par leurs passions… » 

Une phrase qui, malheureusement encore aujourd’hui au XXIe siècle sonne bien vraie.


POUR CITER CET ARTICLE :

Merci de mentionner mon nom et celui du site dans votre publication en y insérant un lien vers l'article cité (comme dans l'exemple ci-dessous) :

[Damien Pachot - Aix en découvertes.com
- URL de l'article : https://www.aixendecouvertes.com/pin-de-genas-aix/]

- - -
Pour tout renseignement complémentaire, merci de consulter les conditions de réutilisation du contenu du site ou me contacter.

  – Sources
Ambroise Roux Alphéran : Les rues d’Aix – Tome 2 – 1848


Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar