Le « miracle » de Notre-Dame de l’Annonciade

Des enfants morts qui reviennent à la vie, des cierges qui s’allument sans raison, et tout ça au beau milieu d’une église ça vous paraît bizarre ? A moi oui, et ça m’intéresse d’autant plus lorsque de telles choses se seraient déroulées à Aix dans l’ancienne église de l’Annonciade !

Souvenez vous, en juin dernier j’avais consacré un article au passé de l’ancienne église Notre-Dame de l’Annonciade autrefois située dans la rue de la Verrerie et dont il ne reste qu’une partie de la façade.

Je vous conseille vivement de le lire avant de lire tout ce qui suit pour ne pas vous perdre. Si vous n’avez pas encore lu l’article cliquez ci-dessous :


Ceci fait, nous allons à présent nous pencher sur une facette particulière qu’aurait eu cette église, plus précisément sur certaines pratiques qui s’y tenaient et certains étranges événements qui s’y seraient déroulés…


I – De l’étrange à l’Annonciade ?

Ok j’avoue, la phrase d’introduction qui parle de morts qui revivent et autres trucs paranormaux, ça fait un peu (beaucoup) racoleur et pourtant, je n’ai rien inventé car si l’on se penche sur plusieurs écrits (très) anciens, de bien étranges événements se seraient déroulés entre les murs de l’ancienne église Notre-Dame de l’Annonciade au XVIe siècle.

Des événements qui furent interprétés comme une forme de miracle et que je décrirai de la même manière qu’ils ont été rapportés à l’époque, autrement dit : bien que ces choses puissent sembler incroyables ou improbables, je n’ajouterai, ni enlèverai de détails afin que vous et moi puissions juger de ces expériences telles qu’elles ont été décrites autrefois.

Nous verrons ainsi que le temps passant, les interprétations de ceux qui s’y sont intéressés et leurs avis n’ont pas été les mêmes. Etait-ce en raison des différentes époques auquelles ils vivaient ? Ou pas ? Nous aurons tout le temps de l’article pour y voir plus clair et peut-être trouver la réponse.

Pour cet article, on va essayer de faire simple : nous avancerons chronologiquement avec divers textes anciens afin de dégrossir le tout dans l’espoir de démêler ces étrangetés locales.


II – Le rituel de l’Annonciade :

Tout commence avec un rituel très particulier qui s’effectuait dans cette église et qui, dit-on, fit ces preuves et plus encore, voyons en quoi il consistait :

Le premier auteur (à ma connaissance) à nous rapporter l’existence de ce rituel, c’est Jean-Scholastique Pitton au XVIIe siècle. (1)

En 1668 dans son ouvrage « Annales de la Sainte Eglise d’Aix » il mentionne à la page 217 l’histoire des religieux de l’Annonciade ainsi qu’un rituel qui se déroulait dans leur église au cours du XVIe siècle.

Je vous propose ci-dessous une traduction en français un peu « modernisé » car son français à lui était un peu différent et moins simple à lire :

Il y avait autrefois dans leur église une dévotion très considérable, l’on y portait les enfants qui expiraient avant d’être lavés des eaux salutaires du baptême. Ils étaient exposés au pieds de l’image de la mère de Dieu. Les religieux invoquaient son nom et l’on a bien souvent vu que ces enfants ainsi exposés sur l’autel reprenaient leurs esprits et recevaient leur baptême…

…Un enfant fut laissé sur l’autel après les prières des religieux (…) il reprit la vigueur, fut baptisé et par une merveille toute particulière, sept cierges rangés sur un chandelier suspendu au milieu de l’église, à plus de douze pieds du sol furent miraculeusement allumés. Nous en avons vu le verbal pris par le grand Vicaire et attesté de sept témoins… (Jean-Scholastique Pitton – Annales de la Sainte Eglise d’Aix  – Page 217 – 1668)

Le texte original extrait des "Annales de la Sainte Eglise d'Aix" page 2017 par J-S. Pitton - 1668 - Google Books
Le texte original extrait des « Annales de la Sainte Eglise d’Aix » par J-S. Pitton – page 217 – 1668 – Google Books

 – Détail à prendre en compte : au vu des dates, Pitton a évoqué ces événements presque un siècle après qu’ils aient eu lieu. A partir de là, difficile d’y voir quelque chose de crédible. Cependant, il mentionne l’existence d’un procès verbal relatant ces fait et rédigé à leur période.

Et en effet, ce procès verbal, document « officiel », existe bel et bien (nous le verrons dans la partie VI de cet article). Par conséquent, on peut, tout en gardant un certain recul, garder sa version.

Si l’on s’en tient aux écrits de Pitton, le rituel aurait donc permis à un (des ?) enfant morts-nés, une fois déposé sur l’autel de l’église et avec l’aide de prières, de retrouver quelques instants la vie le temps de pouvoir être baptisés. Un acte d’une importance majeure à une époque où la religion avait une grande place dans la vie de tous.

Et comme ci tout cela n’était pas suffisamment bizarre, voila qu’en plus viennent s’ajouter ces sept cierges qui s’allumèrent subitement, comme si le Sacré comptait prendre part à la cérémonie en usant de tous les moyens possibles.

L’auteur prend les faits au pied de la lettre, peut-être par croyances personnelles, mais aussi comme il le mentionne, par l’existence d’un procès verbal contenant le récit de sept témoins. La présence d’un tel document ne peut qu’attester, au yeux de Pitton, de la véracité des faits.


III – Chacun sa vision des choses :

Pitton y croyait et libre à lui, cependant un siècle plus tard, un autre historien local, Pierre-Joseph de Haitze (prononcez Dache) émettait quelques réserves sur le sujet. (2)

De Haitze fut l’auteur d’un ouvrage en quatre volumes « Histoire de la ville d’Aix » qu’il rédigea de son vivant au XVIIIe siècle. Cette œuvre resta manuscrite à sa mort en 1737 et n’aurait été éditée que beaucoup plus tard, vers 1880-90 (soit presque 150 ans après sa rédaction). Donc malgré le fait que cet ouvrage date du XIXe siècle, son contenu date bel et bien du XVIIIe.

Et c’est dans le second volume de son « Histoire de la ville d’Aix » aux pages 310 et 311, que De Haitze nous présente un tout autre discours, plus radical celui-ci.

Morceaux choisis (le texte complet est en dessous) :

Il y a grandement lieu de douter qu’ils n’aient reçus cette grâce que dans l’idée de personnages qui leurs souhaitaient ce bonheur. Car comme ordinairement on se persuade de ce que l’on souhaite, il arrive presque toujours en ces sortes de rencontres, qu’on tombe dans l’illusion, en prenant pour de véritables signes de vie le moindre mouvement que ces corps morts font et qui leur peut venir par quelque reste de l’impulsion de sa machine naguère organisée… (Pierre-Joseph de Haitze – Histoire de la ville d’Aix -Vol.2 – Pages 310-311 – XVIIIe)

…Outre que les livres sacrés, et les histoires ecclésiastiques authentiques, nous en fournissent des exemples aussi admirables qu’incontestables. Mais quand ils arrivent en foule, on a beaucoup lieu de douter de leur certitude, et on n’est pas bien éloigné de la fourberie ou de la niaise superstition… (Pierre-Joseph de Haitze – Histoire de la ville d’Aix -Vol.2 – Pages 310-311 – XVIIIe)

Le texte original extrait de « Histoire de la ville d'Aix » pages 310-311 par P-J. de Haitze – XVIIIe s. – E-Corpus
Le texte complet extrait de « Histoire de la ville d’Aix » par P-J. de Haitze – Vol.2 – pages 310-311 – XVIIIe s. – E-Corpus (Pour l’utilisation du scan, voir au n° 2 des sources)

De l’illusion, de la niaise superstition, de la fourberie et de l’auto-persuasion : voila ce qu’était ce miracle pour De Haitze. En clair, tout le contraire du point de vue de Pitton qui, un siècle plus tôt, rapportait les fait sans y émettre le moindre avis personnel.

La vision des événement et les termes employés par De Haitze sont plutôt bruts. Ce qui est d’autant plus amusant c’est que l’historien Ambroise Roux-Alphéran (XIXe) qualifiait les écrits de De Haitze d’un style lâche et diffus, dépourvus de critique et de citations (ça fait toujours plaisir… !) (3) Pour une fois la critique était là et pas qu’un peu.

Ce qu’il faut surtout se dire, c’est que du temps avait passé. Nous étions presque deux cent ans après les faits et envions cents ans après le texte de Pitton.

Faut-il entrevoir ici le début de la fin pour les croyances populaires ? Grande question.


IV – Une autre vision des choses au XIXe :

Les historiens se suivent et se ressemblent en reprenant parfois les écrits de leurs prédécesseurs, ce fut le cas pour Ambroise Roux-Alphéran qui au XIXe siècle se pencha rapidement sur le sujet dans son ouvrage « Les rues d’Aix ». (4)

Mais attention, rapidement ne veut pas dire juste comme ça, il laisse en effet paraître, lui aussi, son avis sur la question lorsqu’il écrit :

…Pitton rapporte sérieusement…

On est alors tenté de nous dire qu’il est rangé du côté de l’avis de Pitton mais la suite de la phrase indique tout le contraire lorsqu’il évoque De Haitze :

…De Haitze raconte les mêmes faits (…) ces miracles lui paraissent avoir été les fruits de la fourberie ou de la niaiserie. Il aurait pu dire, ce nous semble, de l’une et de l’autre…

Voila qui est dit sans dire ! Comme quoi, parfois, il suffit de bien peu de mot pour donner son opinion. Tout comme De Haitze, notre cher Ambroise ne semblait, lui non plus, pas vraiment porté sur l’étrange.


V – Et donc ?

Du coup, que penser de tous ces curieux phénomènes qui se seraient déroulés dans l’église après avoir vu ces quelques avis partagés? Et bien rien pour l’instant !

Il faut en effet prendre en compte un gros détail que nous n’avons pas observé jusque là (et que j’ai préféré garder pour la fin pour ne pas que l’on s’emmêle les pinceaux) : le fameux procès verbal dressé à l’époque des faits, dont j’avais fait mention en début d’article, contenant le témoignage de sept témoins.


VI – Un œil nouveau sur les faits :

En 1970, l’historien Marcel Bernos  s’est lui aussi intéressé à ces faits. (5) Ceci est une bonne chose pour nous car, depuis, peu semblent avoir été tentés de creuser cette histoire. Comparativement aux autres historiens, nous aurons donc ici un point de vue « moderne » et plus proche de nous.

Son étude est assez complète et l’on y apprend que l’église de l’Annonciade et même Aix, n’avait pas l’exclusivité de ce genre de pratiques à l’époque. Autrefois, des croyances similaires se pratiquaient dans bon nombre de régions de France. Je vous encourage à lire son étude dans son intégralité, voyez dans les sources.

Pour réaliser cette étude il a, de plus, utilisé un document que nous avons évoqué en début d’article, le procès verbal pris par le vicaire général au moment des faits.

Pour commencer, soyons clair : nous ne sommes plus dans le mysticisme, là, on est dans le rationnel pur et dur !

 1 – Les ciergesRien qu’ici, la version des faits n’est déjà plus la même. On passe de sept cierges selon Pitton à un seul selon le procès verbal. Ce cierge se serait allumé seul mais c’est sans compter le fait qu’il se trouvait en l’air dans le champ de lumière des vitraux.

De plus, au vu de l’heure de la cérémonie (à peu près entre 11 h et 13 h) et de l’orientation de la verrière (sud-sud ouest) on pourrait presque y apporter une raison « scientifique ». Il aurait pu se produire un effet similaire à ce qu’il se passe lorsque l’on fait passer un rayon lumineux à travers une loupe : ça s’enflamme. On peut aussi émettre l’hypothèse d’un simple effet d’optique avec un point lumineux sans qu’il n’y ait embrasement pour autant. La crédulité de la foule faisant le reste.

L’intensité de l’ensoleillement peut toutefois laisser perplexe quant on sait que ces faits se sont déroulés en hiver. Cette hypothèse est donc à prendre avec précautions.

 2 – Le retour à la vie de l’enfant mort-néPrécision, quand on parle de retour à la vie, il ne s’agit pas d’un enfant qui crie et gigote dans tous les sens. On évoque seulement de légers mouvements respiratoires, la nuance est importante.

Dans le procès verbal du vicaire général (Archives Municipales d’Aix GG318) , Marcel Bernos constate que les versions ne concordent pas, certains témoins ne s’étant approchés du corps qu’après les faits. Par ailleurs, ce procès verbal semble plus axé sur l’illumination du cierge que sur la résurrection du nouveau-né, ce qui semble assez curieux.

Si cette « résurrection » est à mettre au rang des hallucinations collectives, quelle explication donner aux mouvements d’un corps sans vie ?

Là aussi, en nous basant sur l’étude de M. Bernos qui lui même s’est basé sur d’anciens ouvrages, plusieurs hypothèses seraient à envisager (bien qu’il faille garder un certain recul étant donné que nous ne connaissons pas le délai précis entre la naissance et la mort de l’enfant) :

  – Première hypothèse : Après la période de rigidité cadavérique au début du processus de putréfaction, le corps redevient mou, les muscles se relâchant, on pourrait croire à des mouvements.

 – Seconde hypothèse : Selon certains anciens témoignages, les feux de charbons, de cierges et de lampes (la chaleur) aurait pu, là aussi, faire disparaître la rigidité du corps et donc entraîner de « faux » mouvements.

 – Troisième hypothèse : L’enfant n’est pas vraiment mort mais souffre du coma du nouveau-né, ses gestes n’ont alors rien de miraculeux.

D’autres hypothèses sont à ajouter parmi celles-ci mais les quelques unes citées plus haut permettent de nous faire une vague idée des causes des mouvements (après je ne suis pas médecin, je me base uniquement sur les documents que j’ai en ma possession).

Les causes rationnelles de ces événements pourraient donc être bien nombreuses mais à l’époque les façons d’interpréter les choses étaient bien différentes.


VII – Epilogue :

Bien évidemment, ces miracles comme les présentait De Haitze, n’étaient très probablement rien d’autre que de l’auto-persuasion (sauf cas exceptionnel), les parents qui amenaient leur enfant sur l’autel le faisaient peu de temps après le décès. On imagine leur état psychologique, sûrement affaiblis par la peine et par conséquent on imagine aussi et sans le moindre doute leur envie de croire ou voir tout et n’importe quoi.

L’humain a toujours voulu voir l’invisible et en même temps garder les pieds sur terre en cherchant une explication à tout. Dans les faits, nous ne sommes pas loin de l’éternelle rivalité qui opposa en leur temps les religieux et les scientifiques. Il est logique, surtout à notre époque que plusieurs de ces histoires soient purement et simplement démolies par des explications rationnelles bien plus terre à terre.

Néanmoins, bien que l’on soit tenté de chercher le « normal » en toute chose, il existe une contrepartie : celle de perdre ce genre de petites histoires qui a dû occuper bien des conversations à l’époque. Certes, on n’est plus obligé d’y croire mais il ne faut pas les oublier pour autant, raison pour laquelle j’ai souhaité vous en parler aujourd’hui.


Cet article n’est absolument pas anti-religion, libre à chacun et chacune de croire en ce qu’il souhaite. Il est surtout là afin d’illustrer les anciennes croyances qui ont longtemps imprégnées les populations d’autrefois.


POUR CITER CET ARTICLE :

Merci de mentionner mon nom et celui du site dans votre publication en y insérant un lien vers l'article cité (comme dans l'exemple ci-dessous) :

[Damien Pachot - Aix en découvertes.com
- URL de l'article : https://www.aixendecouvertes.com/miracle-notre-dame-annonciade-aix/]

- - -
Pour tout renseignement complémentaire, merci de consulter les conditions de réutilisation du contenu du site ou me contacter.


 – Sources :

(1) Jean Scholastique Pitton – Annales de la Sainte Eglise d’Aix – page 217 (1668) : Google Books
(2) Pierre-Joseph de Haitze – Histoire de la ville d’Aix – Vol.2 – pages 310-311 : e-corpus (site parfois inaccessible ou lent / si la publication du scan pose problème je peux l’enlever, en cas me contacter)
(3) Biographie de De Haitze : Roux-Alphéran – Les rues d’Aix (chap. l’hôtel de ville, dans les notes) 1846-1848
(4) Ibid. (chap. rue de l’Annonciade)
(5) Bernos Marcel. Réflexions sur un miracle à l’Annonciade d’Aix-en-Provence. Contribution à l’étude des sanctuaires « à
répit ». In: Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, Tome 82, N°96,
1970. pp. 5-20.
doi : 10.3406/anami.1970.4647
http://www.persee.fr/doc/anami_0003-4398_1970_num_82_96_4647


Commentez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...
error: Clic droit désactivé momentanément