L’ancien orphelinat Notre-Dame de la Miséricorde

L’édifice que nous allons découvrir aujourd’hui se dresse sur le cours Aristide Briand, au nord du centre ancien, non loin de la cathédrale Saint-Sauveur. Face au square Bachaga Boualem se dresse l’ancien orphelinat « Notre-Dame de la Miséricorde » appelé ensuite « Institution Saint-Michel ».

Dans la première partie de l’article, nous découvririons l’histoire de l’orphelinat et dans la seconde partie je vous ferais partager le témoignage de l’un de ses anciens pensionnaires qui y vécu de  1963 à 1968.

L'ancien orphelinat Notre-Dame de la Miséricorde / Institution Saint-Michel
L’ancien orphelinat Notre-Dame de la Miséricorde / Institution Saint-Michel

La création de l’orphelinat et la construction du bâtiment :

Pour découvrir l’histoire de l’orphelinat, nous allons remonter le temps en 1820. C’est à cette époque que fut fondé l’orphelinat de jeunes filles Notre-Dame, il fut alors confié à la congrégation des « Demoiselles de la Providence ». Initialement, les enfants étaient logés dans les locaux de cette congrégation situés dans la rue du Bon-Pasteur. Cependant, leur nombre grandissait et il fallu trouver un autre lieu susceptible de les accueillir. C’est ainsi qu’en 1862, ils quittèrent les locaux de la rue du Bon-Pasteur et  furent installés dans le bâtiment qui est le sujet du jour.


L’orphelinat au XXème siècle :

Dans les années 1940,  il prit ensuite le nom d’orphelinat Saint-Michel (ou Institution Saint-Michel) suite à la création de l’association du même nom, qui dirigeait les lieux.
A la même période, il accueille désormais des garçons, l’établissement étant devenu diocésain.

Dans les années 60, l’établissement acquit de nouvelles structures avec entre autre un terrain de sport et une piscine. Sur la photographie ci-dessous datant de 1964, on distingue:
– Entouré de bleu: la piscine
– Entouré de rouge: l’orphelinat
– Entre les deux: le terrain

L'ancien orphelinat et ses structures sportives Photo: © IGN-GEOPORTAIL/1964
L’ancien orphelinat et ses structures sportives Photo: © IGN-GEOPORTAIL/1964

En 1965, c’est une cinquantaine de garçon de 6 à 16 ans qui en occupent les murs. C’est en 1966 que l’établissement devint laïque. Puis, dans les années 1970-1980, l’institut quitta les locaux pour s’installer vers la Z.A.C du Jas de Bouffan, à l’ouest de la ville. Le bâtiment de l’ancien orphelinat devint dans les années 1980-1990 la M.J.C. (Maison de la jeunesse et de la Culture) Bellegarde.


Les lieux de nos jours :
Aujourd’hui, les structures sportives sont remplacées par le Parking Signoret construit dans les années 90. Quant à l’ancien orphelinat, ses murs accueillent aujourd’hui l’Espace Jeunesse Bellegarde qui est installé au N°37.


Témoignage d’un ancien pensionnaire :

(Témoignage recueilli le 4 Juin 2014)

J’ai eu la chance d’être contacté par Mr Lurol, ancien pensionnaire de l’orphelinat (Institution Saint-Michel).

Admis à l’age de 6 ans, il y resta de 1963 à 1968, du CP au CM2. Une comparaison qui est souvent revenue lors de notre entretien concernant ce qu’a ressenti mon interlocuteur au sein de l’orphelinat est celle avec le film « Les Choristes ». Car bien que tout ceci se soit déroulé il y a environ 50 ans, sachez que c’est presque le jour et la nuit en ce qui concerne les conditions de vie dans ce type d’établissement aujourd’hui. Mais attention, loin de vouloir en décrire une image négative, il a aussi tenu à rappeler qu’il y avait du bon à l’orphelinat.

Voici son témoignage :

Nous ferons tout d’abord un tour des locaux puis nous nous pencherons sur la vie au sein de l’institution

« A l’époque il y avait un haut mur (là où se trouve aujourd’hui l’entrée avec le muret et les grilles) entourant l’ancienne cour (l’actuel parking). Par la suite, un ouvre-porte électrique fut installé, il arrivait que des enfant fuguent parfois.Dans la niche au centre de la façade (vide aujourd’hui) il y avait une très jolie vierge.Sur la droite il y avait le parloir et la chapelle (la forme de la chapelle est encore visible aujourd’hui).Dans le bâtiment, l’escalier et la rampe sont les mêmes.Toujours dans le bâtiment, sur la gauche il y avait les classes de cours préparatoireet celles du cours élémentaire; les deux étaient mélangés. Au dernier étage se situait ce que nous appelions la lingerie c’est ici que l’on nous apprenait à coudre, à repasser… » 

 En ce qui concerne l’éducation, elle était assurée par des religieuses:

Les enfants participaient aux taches ménagères dans l’établissement. La direction les organisait en différentes équipes, chacune s’occupant d’une tache précise le tout tournant chaque semaine. « Par exemple la première semaine on faisait les sols, la deuxième semaine on faisait la vaisselle de tout le réfectoire… »

En ce qui concerne le réfectoire:

« Au niveau service, ils avaient des chariots ils posaient les plats sur la table et nous nous servions ou eux nous servaient. Après, on débarrassait et on faisait la vaisselle… »

J’ai ensuite voulu en savoir plus sur les éventuelles autorisations de sorties ou le type de loisirs que pouvaient avoir les enfants:

« Je faisais partie de la chorale, alors on partait seuls à 7 ou 8 ans dans Aix et nous nous rendions dans un institut où un abbé nous apprenait à chanter, j’avais donc la chance d’aller à la cathédrale où nous chantions aussi. Nous participions également aux quêtes de la Croix Rouge en ville.

Le Jeudi, on partait pour le goûter vers Puyricard. Nous avions également une piscine à disposition lorsqu’il faisait beau et que les nonnes nous autorisaient à nous baigner, il y avait alors un maître nageur pour nous apprendre à nager donc on avait piscine…une vraie piscine, par contre c’était à nous de la nettoyer… »

 – De nos jours, se dire que l’on faisait faire le ménage à des enfants en bas âge pourrait vite amener à avoir une image négative des lieux, mais Mr Lurol tient à préciser:

« Tout n’est pas à jeter il y avait du bon aussi, il y avait des veillées, la piscine, l’éducation était pas mal, au niveau des cours nous étions bien suivis, il y avait une bibliothèque… »

Il a également mentionné quelques anecdotes très particulières en ce qui concerne certaines pratiques qui y était tenues :

« Près de l’orphelinat, il y avait un local du secours catholique et chaque année, la mairie de la ville organisait un goûter de Noël à l’ancien Casino Municipal et chaque enfant recevait un cadeau.

Mais au retour à l’orphelinat, le cadeau lui était enlevé et donné au secours catholique à côté. On en profitait une demi-journée… »

« A l’Institut Saint-Michel, les pantalons longs étaient interdits. On était en short toute l’année, été comme hiver. Pourquoi? Cela évitait de repriser les genoux des pantalons si les enfants tombaient… »

« La cour (aujourd’hui parking) était plantée de tilleuls  des platanes et à l’automne lorsque les feuilles tombaient au sol on nous mettait en ligne, accroupis pour les ramasser et celui qui n’avait pas ramassé assez de feuilles n’avait pas de goûter… »

« Lorsque l’un des pensionnaires recevait un colis de gourmandises de la part d’un proche ou autre, le colis était pris, ouvert et partagé avec tout le monde. Et c’est celui qui avait reçu le colis qui avait le moins de tous… »

 – Certaines de ces pratiques (tout comme le fait de faire exercer les taches ménagères aux enfants) étaient courantes à l’époque mais j’ai malgré tout jugé bon de les mentionner afin d’illustrer les différences entre l’éducation actuelle et celle « d’autrefois ».


 – Nous finirons sur cette phrase de Mr Lurol qui je l’espère permettra de ne pas laisser au lecteur une image négative du lieu malgré certains faits énoncés plus haut:

« Aujourd’hui avec le recul, je me dis qu’il y avait une petite part de bon aussi parce qu’on vous blinde, on vous prépare à ce qu’est la vie… »

L'ancien orphelinat Notre-Dame de la Miséricorde / Institution Saint-Michel Photo: © Aix en découvertes
L’ancien orphelinat Notre-Dame de la Miséricorde / Institution Saint-Michel Photo: © Aix en découvertes

POUR CITER CET ARTICLE :

Merci de mentionner mon nom et celui du site dans votre publication en y insérant un lien vers l'article cité (comme dans l'exemple ci-dessous) :

[Damien Pachot - Aix en découvertes.com
- URL de l'article : https://www.aixendecouvertes.com/orphelinat-misericorde-saint-michel-aix/]

- - -
Pour tout renseignement complémentaire, merci de consulter les conditions de réutilisation du contenu du site ou me contacter.

Sources:
http://www.e-corpus.org/notices/8939/gallery/34329/fulltext
http://fulltext.bdsp.ehesp.fr
http://www.persee.fr/

et pour les vues aériennes anciennes :  Remonter le temps (service de Géoportail)

Si vous avez aimé, libre à vous de partager 🙂

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz
error: Clic droit désactivé momentanément