6 août 1922 – Inauguration de la fontaine Pascal

Direction le cours Sextius car nous sommes le 6 août et il y a 94 ans aujourd’hui, le 6 août 1922, avait lieu l’inauguration de la fontaine Pascal dressée à l’angle où débute la rue Van-Loo.

Contrairement à beaucoup de fontaines présentes dans le centre d’Aix, la fontaine Pascal est relativement récente et ne remonte qu’au début du XXe siècle, ce qui pour autant n’enlève rien à son charme.

Elle est beaucoup moins âgée que ses semblables mais il faut néanmoins remonter beaucoup plus loin dans le temps pour retracer son existence. En effet, elle a beau être assez jeune, elle ne fut pas la première fontaine à se trouver à cet emplacement. Elle est donc en quelque sorte la « descendante » d’autres, qui elles, ne sont plus là de nos jours.


 La fontaine – Petit historique :

 – XVIe siècle : 

Pas encore de fontaine sur le plan ci-dessous mais il n’est pas impossible qu’il en ait existé une. J’ai ajouté quelques indications sur le plan ci-dessous pour se repérer. Le cercle rouge indique approximativement le futur emplacement de la fontaine (1) :

Le quartier au XVIe siècle avant l'installation d'une fontaine - Plan Belleforest - 1575 - © Gallica / BNF
Le quartier au XVIe siècle avant l’installation d’une fontaine – Plan Belleforest – 1575 – © Gallica / BNF

 – – –

XVIIe siècle – une fontaine :

Le plan ci-dessus ne montre pas de fontaine, en revanche, j’ai trouvé la mention d’une fontaine près du pont-levis de la porte des Cordeliers (actuelle entrée de la rue des Cordeliers), au moins dès le XVIIe siècle.

Cette modeste fontaine dont on ne sait que bien peu de choses resta un temps mais on décida de la remplacer par une autre, plus imposante et d’avantage rapprochée du cours Sextius qui à l’époque était en cours d’aménagement. Elle resta en place jusqu’à la toute fin du XVIIe siècle, période où elle fut remplacée. (2)

  – – –

Fin du XVIIe siècle – On change de place :

L’ancienne fontaine du pont-levis de la porte des Cordeliers fut donc détruite pour laisser sa place dès la fin du XVIIe siècle, vers 1688, à une autre fontaine un peu plus éloignée de la porte des Cordeliers et d’avantage centrée sur le cours Sextius tout proche.

Son apparence : Elle aurait possédé un bassin rond de 4 mètres de large en pierre de Calissanne, le tout surmonté d’une vasque et d’un globe. Divers ornements sculptés y auraient aussi été ajoutés (fleurs de lys et étoiles sur le globe) (2).

De plus, on la retrouve aussi sur le plan de Devoux daté de 1753 (ci-dessous) on distingue en effet la présence de cette fontaine (dessinée vaguement) au centre de la voie. avec ce qui semble être, là aussi, une vasque ou une base de forme circulaire surmontée d’un petit quelque chose (3) :

La première fontaine - Plan : Esprit Devoux - 1753
La première fontaine sur un plan de 1753- Plan : Esprit Devoux – Wikimedia

 – – –

 – XIXe siècle – On change encore :

Par soucis de salubrité, un forage plus profond fut effectué en 1833 (5), on rebâti donc une nouvelle fontaine, à peu près au même endroit. Celle-ci, on la connait mieux car elle est visible sur certaines photographies du tout début du XXe siècle.

Son apparence : Tout comme la première, cette seconde fontaine semble avoir conservé un style des plus modestes. Elle possédait là aussi une vasque circulaire en pierre surmontée d’une sorte de bloc rectangulaire délivrant deux ou quatre jets d’eau.

 – Elle est représentée sur un plan d’Aix en 1848 (6) :

avant-fontaine-pascal-1848
La seconde fontaine sur un plan de 1848 – Plan : Gasquy – © Gallica / BNF

  – On la retrouve aussi sur un plan d’Aix de 1897 où l’on se fait une bonne idée de son allure générale (7) :

La seconde fontaine sur un plan de 1897 - Makaire - © Gallica / BNF
La seconde fontaine sur un plan de 1897 – Makaire – © Gallica / BNF

La simplicité du style n’allait pas durer car au siècle suivant, en 1922, une nouvelle fontaine allait la remplacer et largement la dépasser d’un point de vue ornemental


XIXe et XXe siècle : Sylvain Pascal :

Tout commence avec un aixois : un certain Sylvain Pascal.

Si l’on s’en tient aux archives du Mémorial d’Aix (8), son père était taillandier (fabrication d’outillages en métaux) dans l’entreprise familiale fondée vers 1850 et située dans la rue des Cordeliers.

Lorsque ce dernier décéda, Sylvain n’avait que 10 ans et c’est son oncle (le frère de son père) qui reprit les rennes de l’entreprise. Malgré son jeune âge, Sylvain quitta l’école pour rejoindre la Maison Pascal. Il y passa sa vie, continuant à faire prospérer petit à petit la maison familiale avec son frère Michel.

Amoureux de sa ville et de son quartier, il décida de faire don d’une fontaine qu’il fit édifier dans les années 20 et située dans le faubourg qui l’avait vu grandir et évoluer depuis toujours. La fameuse fontaine Pascal !


L’inauguration de la fontaine Pascal :

L’inauguration ne s’est pas faite avec une simple cérémonie, autrefois, même pour une fontaine, cela pouvait durer plusieurs jours.

Pour preuve, ces « Fêtes du Faubourg », comme elles furent nommées, se sont étalées sur trois journées : du samedi 5 au lundi 7 août 1922.

Les animations organisées pour l’occasion furent nombreuses, jugez plutôt (9)

 – Le samedi 5 :  retraite aux flambeaux à 21 heures puis concert et bal avec orchestre de 22 heures à 1 heure du matin.

 – Le dimanche 6 :  tambourin et farandole à 9 heures 30 suivis par inauguration solennelle de la fontaine en présence de Sylvain Pascal ponctuée de poésie en français et provençal ainsi que de discours. L’après-midi on continue avec la course en sac sur le cours Sextius et une course d’ânes. Le soir les habitants eurent droit à un grand feu d’artifice suivi, là aussi d’un grand bal.

 – Le lundi 7 :  à 10 heures, grand concours de boules avec le cours Sextius en guise de terrain puis une course pédestre  à 18 heures (itinéraire : rue de la Molle, route d’Avignon, bd de la République et cours Sextius, le tout par trois fois).

Des jeux de boules et des courses d’ânes sur le cours Sextius… à l’époque, tout était possible !

A noter que pour la durée des fêtes, une tenue correcte était exigée et que toute personne contrevenant à la règle aurait été dans l’obligation de s’en aller.

Cette fête rapporta une certaine somme d’argent qui ne fut pas utilisée à la légère. Une partie des recettes furent en effet réparties pour plusieurs œuvres de charité de la ville parmi lesquelles ont trouvait : le bureau de bienfaisance, l’hospice des vieillards, les enfants de la charité, les pupilles de la nation, les orphelins de la guerre, le mutilés de la guerre ainsi que les petites sœurs des pauvres. (10)  Une action plus que louable et bien rare de nos jours qui mérite d’être mentionnée.

 – – –

Quand la fontaine inspira des poèmes

Comme je l’ai écrit, des poèmes en français et provençal, inspirés par la fontaine, furent récités le samedi, lors de l’inauguration.

– Voici l’un d’eux en français :

Voyageur qui poursuis ta course solitaire
Par les chemins poudreux aveuglants de clarté,
Arrête ici tes pas errants et désaltère
Ta soif qu’avive encore l’ardeur d’un jour d’été.
 –
Sous les platanes verts aux flexibles ramures
Où voltige et bruit tout un peuple d’oiseaux
Dans la vasque incurvée apaisant ses murmures,
La fontaine accueillante offre de fraîches eaux.
 –
Le jour luit à travers le feuillage immobile.
Vois ce blanc piédestal. Dans la pierre au beau grain

L’artiste a figuré, campé d’un geste habile,
Un joyeux provençal jouant du tambourin.
Le galoubet soutient vivement la cadence
Et, plus haut, enlacé, dans ses riches atours,
Un groupe harmonieux de jeunes filles danse
Sur les flancs de cette urne aux gracieux contours
 –
La Provence, pays d’amour et de lumière,
O passant, emplira ton âme de beauté
Bois encore, puis reprends la route coutumière
Vers les blancs horizons, d’un cœur réconforté
– (Par Emile LEBRE – extrait du M.A. du 13/8/22) –

La fontaine Pascal – le monument :

Nous venons de faire le tour de l’historique des lieux, de son généreux donateur et des cérémonies de l’inauguration. Il est désormais temps pour nous de nous pencher sur le monument. Oui, monument, car si on la compare au précédentes fontaines qui se sont trouvées là avant elle, celle-ci les dépasse largement avec son allure.

Il est aussi bon de rappeler que Sylvain Pascal, bien qu’étant le donateur de cette fontaine, n’en n’est pas l’auteur. Elle est le fruit du sculpteur Baille et de l’architecte Lieutaud (et on le devine aussi, de quelques ouvriers dont les noms sont depuis tombés dans l’oubli).

Son apparence : ici rien à voir avec les précédentes !

La fontaine Pascal près du cours Sextius
La fontaine Pascal près du cours Sextius

 – On y remarque sur l’une des faces un tambourinaire avec son galoubet :

Tambourinaire scultpé sur la fontaine Pascal
Tambourinaire sculpté sur la fontaine Pascal

 – L’autre face porte une inscription rappelant le don de Sylvain Pascal :

L'inscription mentionnant Sylvain Pascal
L’inscription mentionnant Sylvain Pascal

 – L’eau s’y déverse de chaque côté en s’écoulant de deux visages entourés de grappes de raisins situés de chaque côté du monument.

Elle atterrit ensuite dans ce qui s’apparente à deux gigantesques coquilles pour ensuite finir sa route dans le bassin principal (le pigeon à gauche ne fait pas partie de la sculpture, c’est un vrai) :

L'eau s'écoulant de la fontaine Pascal
L’eau s’écoulant de la fontaine Pascal

– Son sommet est lui aussi sculpté :

Le sommet de la fontaine Pascal
Le sommet de la fontaine Pascal

 – Au pied de la fontaine se trouve une ancienne borne qui délivrait de l’eau provenant des thermes :

La borne d'eau thermale près de la fontaine Pascal
La borne d’eau thermale près de la fontaine Pascal

(Bonus) – Une croix de Malte :

Lorsque nous avons retracé l’historique du quartier, j’avais évoqué la rue Van-Loo. Si vous regardez bien sur sa rive sud, au n°2, vous apercevrez quelque chose de bien particulier suspendu à quelques mètres du sol : une croix de Malte.

La ferronnerie indiquant l'hôtel de la Croix-de-Malte au n°2 de la rue Van-Loo
La ferronnerie indiquant l’hôtel de la Croix-de-Malte au n°2 de la rue Van-Loo

En fouillant dans d’anciens ouvrages comme « Promenade d’un étranger à Aix » paru en 1885 et écrit par A.-M. de La Tour-Keyrié (Achille Makaire, imprimeur à Aix) (11), on apprend qu’un hôtel du nom d’ Hôtel de la Croix de Malte se trouvait à cette adresse.

Cette ferronnerie indiquait donc sa présence. Pour ma part, j’ai pu remonter sa trace jusqu’en 1877.

L'ancien hôtel de la Croix-de-Malte au n°2 de la rue Van-Loo
L’ancien hôtel de la Croix-de-Malte au n°2 de la rue Van-Loo

Il existait encore au XXe siècle car plusieurs publicités pour l’hôtel étaient présentes dans le Mémorial d’Aix (un hebdomadaire local) et notamment celui du 17 juin 1934 (12) où l’on pouvait lire :

Hôtel de la Croix de Malte
2 rue Van Loo (haut du cours Sextius)
Confort moderne, Cuisine de ménage, Chambres au mois
Garage gratuit pour les voyageurs
Prix modérés

Je n’ai aucune idée de la raison et de la période de la disparition de cet hôtel, toujours est-il que la croix, elle, est toujours en place (est-ce celle d’origine? Mystère).


POUR CITER CET ARTICLE SUR LE WEB OU AILLEURS

Pensez avant tout à consulter les conditions de réutilisation du contenu du site.


Ne pas oublier :

N°1 : Mentionner mon nom et celui du site dans votre publication en y insérant un lien vers l'article cité (comme dans l'exemple ci-dessous) :

[Damien Pachot - Aix en découvertes.com
- URL de l'article : https://www.aixendecouvertes.com/fontaine-pascal-aix/]


- - -
N°2 : Ne pas réutiliser les clichés où figure mon nom ou celui du site en légende ainsi que les clichés ou figure le logo suivant sans mon autorisation :

- - -
Pour tout renseignements complémentaires, merci de me contacter .

Sources :

(1) Plan d’Aix en 1575 – (Gallica-BNF)
(2) Jean Boyer – Architecture et urbanisme à Aix-en-Provence à l’époque classique / Les monuments disparus – les fontaines (1979)
(3) Plan d’Aix par Devoux (1753) : Wikimedia
(4) Cadastre Napoléonien – Archives municipales (voir feuille L2)
(5) Le site de la ville : aixenprovence.fr
(6) Plan d’Aix en 1848 (Gallica / BNF)
(7) Plan d’Aix en 1897 (Gallica / BNF)
(8) Mémorial d’Aix du 13 août 1922 (page 1) – Archives Mejanes
(9) Mémorial d’Aix du 30 juillet 1922 (page 2) – Archives Mejanes
(10) Mémorial d’Aix du 27 août 1922 (page 2) – Archives Mejanes
(11) L’hôtel de la Croix-de-Malte dans Promenade d’un étranger à Aix (page 38) – 1885- (Gallica-BNF)
(12) L’hôtel de la Croix-de-Malte dans le Mémorial d’Aix du 17 juin 1934 (page 4) (Archives Méjanes)


Commentez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...
error: Clic droit désactivé momentanément