Voie(s) sans issue(s)


Le temps qui passe et les divers changements urbains (occupation des sols, etc…) peut parfois avoir amené les diverses institutions (commune, département, Etat, etc…) à changer certains itinéraires routiers. Il peut s’agir de changements mineurs mais aussi, de temps en temps, de changements bien plus radicaux.

Du fait de ces modifications, il peut parfois rester certains vestiges des anciens tracés autrefois empruntés. Il n’est donc pas si surprenant que ça mais quand même amusant de tomber ça et là sur de petites portions désormais atteintes d’un syndrome d’inutilité.  Plus rarement, et nous le verrons aussi, il faut prendre de l’altitude pour en retrouver les traces car certaines ne sont parfaitement visibles que du ciel.

Reste que ces traces d’un passé aujourd’hui révolu sont toujours là et qu’il est le moment de s’intéresser à certaines d’entre elles.

 – Note : Il ne s’agit pas dans cet article de mettre en avant de très anciennes modifications de tracés, au contraire, celles présentées ici ne datent que du XXe siècle.

Petite sélection non exhaustive de morceaux de routes qui ne mènent plus nulle part :


Du côté de la Parade :

Pour notre premier exemple, empruntons la route des Milles et arrêtons nous entre la résidence de la Grassie et celle de la Parade. Il faut franchir le talus qui longe la route pour y retrouver la trace de l’ancêtre de celle-ci  Emplacement sur Google Maps :

La zone qui nous intéresse le long de la route des Milles - Photo:© Google Earth
La zone qui nous intéresse le long de la route des Milles – Photo:© Google Earth

Sur place, les lieux n’ont plus vraiment l’air d’une route, seule sa forme plane et assez régulière laisse entrevoir ce qu’elle fut autrefois.

Une portion de l'ancien tracé de la route des Milles
Une portion de l’ancien tracé de la route des Milles

Bon, il faut le reconnaître, « ancêtre », le mot est peut-être un peu fort… En réalité, la faible portion que l’on distingue avec quelques difficultés est l’ancien tracé de cette route. Il fut en effet modifié au début des années 60, déporté de quelques mètres plus au sud et élargi.

– Voyez la comparaison ci-dessous sur une photo de 1964 pour mieux saisir comment étaient agencés les lieux à l’époque. Sur le cliché ci-dessous, pris peu de temps après le changement, les deux tracés étaient encore visibles (en rouge l’ancien tracé, le nouveau en jaune) :

L'ancien et le nouveau tracé de la route des Milles en 1964 - Photo © Géoportail / 1964
L’ancien et le nouveau tracé de la route des Milles en 1964 – Photo © Géoportail / 1964

Ci-dessous, sur le site Géoportail, lorsque l’on superpose les tracés actuels sur une vue des années 50, soit avant la modification, on remarque tout aussi bien que la route actuelle passe légèrement plus au sud de l’ancienne (j’ai indiqué l’ancien tracé en rouge) :

Le tracé actuel superposé à une vue des lieux en 1950 - Photo : Géoportail / 1950
Le tracé actuel superposé à une vue des lieux en 1950 (l’ancien tracé est indiqué en rouge) – Photo : Géoportail / 1950

 

 – Petite animation pour observer l’évolution des lieux (cliquez au centre) :

GIF
Aujourd’hui en friche ce lieu est camouflé par des buttes de terre et malheureusement, comme tout lieu bien caché, il accueil son lot de déchets en tous genres… (on distingue quand même l’ancienne portion au second plan)

L'ancienne portion de voie et son (sale) décor
L’ancienne portion de voie et son (sale) décor.

Du côté du village des Milles :

On continue notre route vers l’ouest, en direction du village des MillesEmplacement sur Google Maps 

De nos jours, pour rentrer dans le village, on peut utiliser la sortie longeant le centre commercial Carrefour, mais ce ne fut pas toujours le cas. Il est bon de rappeler que la voie rapide (D9) n’a pas toujours existé, du moins, en l’état.

Fut un temps où cette route était une « simple » route, moins fréquentée mais aussi plus simple dans sa structure. Son allure actuelle ne date que du courant des années 80. Avant cette période on entrait dans le village par une modeste voie débouchant près du lieu nommé « La Glacière », à deux pas de la poste.

Ce lieu a par ailleurs changé d’allure entre les photos aériennes que je vais utiliser dans cet article et celles que j’ai prises sur place en septembre dernier car les constructions qui s’y trouvaient ont été détruites vers le printemps / été 2017.

Dans les années 80 donc, l’ancienne sortie a été délaissée au profit d’une nouvelle, plus adaptée, installée un peu plus à l’est. Toujours est-il que l’ancienne est toujours là :

L'ancienne entrée du village
L’ancienne entrée du village – Photo : © Google Earth

Sur place, on dirait que le temps c’est arrêté, la nature a peu à peu repris ses droits :

Un route qui ne mène plus nulle part aux Milles
Un route qui ne mène plus nulle part aux Milles

On y retrouve également ce qui s’apparente fortement aux traces des marquages au sol (ligne blanche) :

Des traces d'un autre temps
Des traces d’un autre temps mais pas si anciennes que cela

Voyez la comparaison du décor ci-dessous entre l’état des lieux en 1979 (avant la modification) et de nos jours (en rouge : le tracé d’avant les travaux de la voie rapide, en jaune : la partie évoquée dans cet article  – les constructions n’existent plus).

Les anciens tracés routiers des lieux en 1979 et de nos jours
Les anciens tracés routiers des lieux en 1979 et de nos jours – Photo de gauche : © Géoportail / 1979 – Photo de droite : © Google Earth

L’extrait du cadastre ci-dessous est lui aussi très parlant car ses limites actuelles montrent encore le trajet emprunté par cette voie (entre les parcelles 44 et 20) :

© IGN CRIGE-PACA Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
© IGN CRIGE-PACA Région Provence-Alpes-Côte d’Azur


– Petite animation pour observer l’évolution des lieux (cliquez au centre) :
GIF
Comme dit précédemment, les lieux ont encore changé depuis les vues aériennes actuelles présentes dans cet article. La maison est restée un bout de temps à l’abandon et a fini par être détruite dans l’année 2017.

Voie sans issue
Voie sans issue – En face, la voie rapide qui poursuit désormais sa route

Il est sûr que le décor va encore changer un jour où l’autre (extension du magasin Carrefour tout proche ? – commerces supplémentaires ? Aucune idée mais tout est possible).


Du côté de l’aérodrome des Milles :

Emplacement sur Google Maps – 

Comme dit en introduction, c’est aussi en prenant de l’altitude que les traces du passé sont visibles. Pour preuve, en observant du ciel l’aérodrome des Milles à l’extrémité ouest de l’impasse que forme le chemin de la Badesse, un curieux détail se présente à nous.

Traversant presque de part en part la zone, une large et longue marque au sol est parfaitement visible.

Curiosité supplémentaire : ce tracé est dans le prolongement exact, vers l’est, du chemin de la Badesse et vers l’ouest, de celui de la D65 (la route qui mène à Saint-Pons et Roquefavour) :

La trace sur le terrain de l'aérodrome des Milles vue du ciel - Photo : © Google Earth
La trace sur le terrain de l’aérodrome des Milles vue du ciel – Photo : © Google Earth

La première fois que je m’en suis aperçu cela a éveillé ma curiosité. Dans le doute et surtout pour en savoir plus je me suis tourné, comme à mon habitude, vers d’anciens plans de la zone pour tenter de comprendre la raison de la présence de ces traces.

En réalité, la raison est toute simple : pendant bien longtemps, une route passait par là. Avant l’installation de la base aérienne le chemin de la Badesse se prolongeait tout droit, rejoignant ainsi le tracé de l’actuelle D65.

Sur la comparaison ci-dessous, j’ai mis côte à côte une vue actuelle et une vue de la même zone extraite de la carte d’Etat Major au XIXe. On retrouve bien la route (surlignée en rouge). La vue aérienne actuelle indique, elle, où passait cette route :

L'ancien chemin passant au travers de la zone occupée aujourd'hui par l'aérodrome
L’ancien chemin passant au travers de la zone occupée aujourd’hui par l’aérodrome – Photos : © IGN / Geoportail / Remonter le temps

Comme on pouvait s’y attendre, le tracé de cette portion de route aujourd’hui disparue passe exactement sur les marques traversant l’aérodrome.

J’ai rencontré pas mal de galères pour trouver la date exacte de l’implantation de l’aérodrome / ancienne base à cet emplacement donc je ne serai pas précis. Ce que je sais cependant, c’est que le changement de configuration de la route a eu lieu au début du XXe siècle car elle était encore présente sur un plan des lieux levé en 1910.

– Une vue en perspective illustrant les lieux et l’ancien tracé :

L'ancien tracé de la route passant autrefois à l'emplacement actuel de l'aérodrome des Milles - Photo: © Google Earth
L’ancien tracé de la route passant autrefois à l’emplacement actuel de l’aérodrome des Milles – Photo: © Google Earth

A croire que, malgré les décennies (ou le siècle ?), l’empreinte de cette route ne s’est pas vraiment effacée malgré l’activité qui s’est développée autour d’elle.

Ce changement, ou plutôt cette suppression, a transformé en profondeur la circulation puisqu’il a désormais fallu contourner cette zone par le sud, en empruntant l’actuel chemin de la Valette afin de pouvoir rattraper la route menant à Saint-Pons et Roquefavour.

Précision : au vu du lieu, je n’ai pu me contenter que de vues aériennes et pas de photos sur place. 

 – Petite animation pour observer l’évolution des lieux (cliquez au centre) : 

GIF


 

Et donc ?

Comme je l’ai bien précisé en début d’article, ces exemples n’étaient en rien une liste. Il reste en effet une énorme quantité de bouts de routes désormais désertés par la circulation dans les alentours et même le pays entier. Certains plus ou moins bien conservés, d’autres quasiment effacés. Le temps passe c’est ainsi.


POUR CITER CET ARTICLE :

- Sur une publication web ou papier : Mentionnez le nom de l'auteur de l'article et un lien vers l'article source.
- Sur les réseaux sociaux : Evitez d'extraire des photos du site, ça ne sert à rien. Partagez seulement le lien de l'article qui vous a plu.
Plus d'infos en cliquant ici pour les conditions ou ici pour me contacter.

SOURCES :

Route des Milles :
– Vues aériennes anciennes + comparaisons : Remonter le temps (IGN) + Geoportail

Les Milles / La Glacière : 
– Vues aériennes anciennes + comparaisons : Remonter le temps (IGN) + Geoportail

Aérodrome (ancien chemin vers Saint-Pons) :
– Vues aériennes anciennes + comparaisons : Remonter le temps (IGN) + Geoportail
 – Carte des environs de Marseille (1892-1895) – Laffite : Gallica / BNF
Voir aussi le chemin sur le plan directeur du service géographique de l’armée levé en 1910 : Cartomundi.fr

Photo d’entête de l’article :
– Montage + Photo :  © Damien Pachot
– Illustration panneau : Delphine Ménard @ commons.wikimedia.org


Poster un Commentaire

avatar