« Aix Virtuel » – Une application pour remonter le temps (m.a.j. au 27/07/20)



Mise à jour de l’article au 27 juillet 2020 à lire en fin d’article


J’étais passé complètement à côté mais en 2019 est sortie une application pour smartphone proposée par la Ville d’Aix nommée « Aix Virtuel ».

L’écran d’accueil de l’application

Annoncée en juin 2018 (j’en avais parlé sur le site dans l’article consacré au fouilles du palais comtal), l’application, développée par Archriss est sortie le 20 septembre 2019, comme l’avait annoncé la Ville sur son site, à l’occasion des Journées du Patrimoine 2019.

– Le résumé présent sur le Google Play Store présente l’application ainsi :

Accessible sur mobile ou tablette, l’application Aix Virtuel permet aux Aixois et amoureux d’Aix de voyager à travers plusieurs époques et découvrir de façon interactive et immersive les vestiges de la ville, notamment ceux du quartier comtal dans un premier temps. L’application dispose de deux modes distincts, sélectionnables à partir de l’écran d’accueil de l’application.
– Avec le mode « Visite à distance », l’utilisateur peut effectuer une visite virtuelle simplifiée du site à différentes époques, sans avoir besoin de se rendre sur les lieux.
– Un mode « Immersion sur place » permet lui, en étant physiquement sur place, d’accéder à des fonctionnalités de réalité augmentée et de visualisation 3D immersive, transportant littéralement l’utilisateur dans Aix à travers les âges.

Personnellement, lors de l’annonce de la future existence de cette application en 2018, cette nouvelle m’avait enthousiasmé, de par le côté multimédia, et accessible pour à peu près tout le monde, dans la poche.

En effet, pourvoir avoir ces ressources accessibles à tous et d’une manière très visuelle, cela vulgarise le sujet et l’amène à la portée du plus grand nombre.

On a donc, pour rappeler le résumé :
– un premier mode « visites à distance », donc de chez soi ou de où on le veut,
– et un second mode accessible, dans un premier temps, sur place par le biais de QR codes à scanner au travers de l’application pour débloquer des lieux à pouvoir observer en réalité augmentée (le terme de « réalité augmentée » est ici un peu excessif puisque pour le mode immersif il s’agit plutôt de sortes de photosphères, ce qui n’enlève rien aux qualités de l’application).

Le menu de l’application, à gauche : le mode « visites à distance », à droite : le mode « immersion sur place »

1 – Le mode « Visites à distance » :

Ce mode, qui ne nécessite à aucun moment de se rendre sur place, peut-être utilisé de n’importe où (sur smartphone mais pas sur Chromebook) et propose trois époques (un peu simpliste pour les lieux m’enfin bon) : le Ier siècle durant l’antiquité, le XVIIe avec le palais comtal et le XIXe avec le projet avorté de Claude-Nicolas Ledoux pour le palais de justice et les prisons :

Les trois époques disponibles sur l’application dans le mode « à distance »

Chaque période, une fois sélectionnée nous amène à une vue du quartier à ce moment de l’histoire, pilotable à 360 degrés mais non zoomable, avec quelques indications sur certains lieux. Et c’est tout pour cette partie accessible « à distance » où on en a un peu trop vite fait le tour.

Pour le coup, je trouve le résumé qui évoquait une « visite simplifiée » plutôt vrai, c’est effectivement (trop) simplifié pour quiconque ne serait pas en mesure de se rendre sur place.

Malgré tout, il faut reconnaître que c’est fluide, agréable à manipuler mais, détail énervant : pourquoi ne peut-on agrandir les illustrations présentes sur les volets à droite indiquant les infos historiques ?


2 – Le mode « Immersion sur place » :

Ce mode est vraiment, je trouve, le plus intéressant et le plus complet. Petit bémol, il nécessite d’être sur place, du moins dans un premier temps, pour débloquer les vues, sous une forme de parcours en arpentant les lieux.

Le but est donc de se promener autour du palais et de chercher des QRcodes (cinq pour l’instant les « points A, B C, D et E ». Je ne sais pas si d’autres seront ajoutés).

A chaque fois que vous en trouvez un, vous le scannez avec l’application et celle-ci vous fait remonter le temps dans le quartier, en immersion au travers de l’écran de votre téléphone.

Par exemple, pour le QRcode de la place Verdun on obtient des vues très impressionnantes, nous permettant de voir à 360° avec des modélisation 3D, plusieurs époques du quartier :
une vue actuelle :

Aix Virtuel – Ville d’Aix-en-Provence

la même zone pendant les fouilles :

Aix Virtuel – Ville d’Aix-en-Provence

la vue du projet avorté de Claude-Nicolas Ledoux pour le palais et les prisons :

Aix Virtuel – Ville d’Aix-en-Provence

une vue des lieux au XVIIe siècle :

Aix Virtuel – Ville d’Aix-en-Provence

ou une vue pendant l’antiquité :

Aix Virtuel – Ville d’Aix-en-Provence

Ça, c’était pour l’exemple du « point A » mais il y a quatre autres points que vous découvrirez par vous même pour remonter le temps sur place.

Chaque zone est pilotable à 360°, via le gyroscope de votre smartphone ou via un mode manuel et est agrémentée de points d’informations et franchement, c’est vraiment bien foutu. Seul petit reproche, là aussi, impossible de zoomer sur les illustrations qui accompagnent les descriptions.

Petite chose agréable : lorsque vous avez débloqué une vue, celle-ci semble devenir accessible hors-ligne, de n’importe où. Pratique, mais il vous faudra donc dans un premier temps toutes les débloquer, sur place.

La plupart de ces codes sont appliqués sur des bornes mais l’un d’entre-eux (celui du « point C ») est juste scotché sur un arbre et tient par miracle. Espérons qu’il sera, un jour, installé d’une manière plus « pérenne ».

Assez rapidement, on finit par trouver les cinq zones et les débloquer :

5 sur 5 !

Mon avis sur cette application :

J’ai aimé :
– Une très bonne initiative pour faire découvrir le passé des lieux,
– Des modélisations 3D de qualité,
– La partie « visites à distance » un peu légère, mais tout de même présente,
– La partie « immersion sur place », vraiment agréable à observer,
– Le retour dans des époques lointaines,
– La possibilité de switcher entre le gyroscope ou le mode manuel,
– La possibilité d’observer à 360° des lieux disparus modélisés en 3D,
– Les zones débloquées qui semblent rester consultables hors-ligne,
– Une application gratuite qui rend l’histoire du quartier accessible au plus grand nombre.

J’ai moins aimé :
– La partie « immersion sur place », qu’il faut obligatoirement débloquer, dans un premier temps sur place, donc frustrant pour celles et ceux qui ne peuvent se déplacer (même si ces zones semblent rester disponibles hors-ligne une fois débloquées).
– La partie « visites à distance » quand même plutôt légère,
– Des codes un peu discrets (mais j’imagine que c’est aussi un peu le but de l’application, arpenter les lieux),
– L’impossibilité d’agrandir les illustrations qui accompagnent les descriptions historiques (solution au problème plus bas).
– Une application pas vraiment mise en avant sur les lieux même qu’elle représente.


Si vous voulez télécharger l’application, les liens sont ci-dessous :

Le lien de l’application sur le Google Play store
Le lien de l’application sur l’App store


Petit ajout « technique » au 27 juillet 2020 – Les fichiers de l’application :

J’ai précisé avoir regretté de ne pas pouvoir voir en bonne taille certaines illustrations qui accompagnent les descriptions historiques, mais en réalité c’est possible.

Pour le découvrir, j’ai décortiqué le dossier d’installation de l’application :

Il suffit (manipulation effectuée sous Android) d’aller dans les fichiers de l’application dans leur dossier d’installation pour les retrouver en très bonne qualité, éparpillées dans de multiples sous dossiers.

De même pour les panoramas à 360°(ou photosphères). Ces derniers ne sont pas en ligne mais dans les dossiers de l’application. Ils sont récupérables sous forme de fichiers .jpg et on peut même leur redonner leur propriétés de vues panoramiques via un script sous photoshop pour les observer en dehors de l’application (très fluide avec Google Photo ou VLC par exemple, et au moins on peut les voir sur grand écran).

– – –

En fouillant d’avantage, J’ai également trouvé des vues présentes dans ces dossiers qui n’ont pas été intégrées au programme final :

Pour rappel, dans l’application, les points de vues disponibles sont en effet au nombre de cinq, allant de la lettre « A » à la lettre « E ». Mais, en étant curieux, on trouve aussi les fichiers d’un point « F ». Dans cette partie qui semble inachevée (inaccessible via l’application, uniquement au travers des fichiers de celle-ci), on trouve notamment une vue panoramique de la place des Prêcheurs au XIXe siècle dont la modélisation 3D semble partielle :

Aix Virtuel – Ville d’Aix-en-Provence

Et une vue représentant un bâtiment (îlot / maison du conseiller du Bourguet ?) que je n’ai pas retrouvé dans l’application :

Aix Virtuel – Ville d’Aix-en-Provence

Ces vues sont visiblement issues d’un point de vue (le « F ») qui n’a visiblement pas été pas intégré lors de la publication de l’application finale.

J’indique informations « techniques » car j’aime comprendre comment les choses fonctionnent mais cela ne vaut pas le fait de pouvoir aller découvrir les lieux sur place.


Cet article n’est pas sponsorisé



L'ajout de commentaires est momentanément désactivé.