La façade condamnée de la rue Venel

La façade condamnée de la rue Venel


En haut de la rue Venel, face au N°36,on découvre une façade altérée par le temps et condamnée.

La façade condamnée de la rue Venel
La façade condamnée de la rue Venel

Conservée volontairement en l’état, c’est un souvenir de l’épidémie de peste de 1720 qui toucha toute la Provence. A l’époque la solution consistait à condamner les ouvertures afin de limiter tout contact avec l’extérieur.

La façade condamnée de la rue Venel
La façade condamnée de la rue Venel

Détail marquant, une croix gravée toujours visible sur la droite de l’édifice, marquait la présence d’un cas de peste dans la rue. Le passant savait donc à quoi s’attendre en s’y aventurant:

La croix gravée sur la droite de la façade
La croix gravée sur la droite de la façade

Cette épidémie, la dernière en Provence, débuta à Marseille apportée par le navire le Grand-Saint-Antoine. Elle prit fin vers 1722 et fit au total près de 120000 morts sur les 400000 habitants que comptait la Provence, soit près d’un tiers de la population de la région à l’époque.

Note: Cette histoire est issue de l’émission « Des racines et des ailes » consacrée à la ville d’Aix et diffusée le 11 Mai 2011. Elle fut relatée par Pascal Duverger qui était à l’époque président de l’A.R.P.A. (Association pour la Restauration et la sauvegarde du Patrimoine Aixois). –


POUR CITER CET ARTICLE :

- Sur une publication web ou papier : Mentionnez le nom de l'auteur de l'article et un lien vers l'article source.
- Sur les réseaux sociaux : Evitez d'extraire des photos du site, ça ne sert à rien. Partagez seulement le lien de l'article qui vous a plu.
Plus d'infos en cliquant ici pour les conditions ou ici pour me contacter.

 


Poster un Commentaire

avatar