De l’hôtel d’Estienne d’Orves au Monoprix

C’est au n°27 du Cours Mirabeau que se dresse l’Hôtel d’Estienne d’Orves. Cet Hôtel, ou du moins ce qu’il en reste, occupé aujourd’hui par l’enseigne « Monoprix » fut comme la majorité des hôtels particuliers du Cours victime du temps et des travaux engendrés par l’installation de divers commerces en son sein. Cependant il est l’un de ceux, si ce n’est celui, qui a subi le plus de dégât durant son occupation.

Les raisons, que nous découvrirons au fil du texte sont encore totalement incompréhensibles aujourd’hui. Car il faut bien comprendre que l’édifice tel qu’il est de nos jours a considérablement changé, aussi bien à l’extérieur qui a été fortement remanié, qu’à l’intérieur qui lui, a tout simplement été pour ainsi dire détruit.

L'Hôtel d'Estienne d'Orves occupé aujourd'hui par le Monoprix Photo: © Aix en découvertes
L’Hôtel d’Estienne d’Orves occupé aujourd’hui par le Monoprix
Photo: © Aix en découvertes

Cet article n’a pas pour but de développer l’histoire complète du lieu ainsi que des divers propriétaires qui s’y sont succédé mais abordera avant tout les modifications majeures qu’il a subi au fil du temps, principalement au XXe siècle. Nous y découvrirons également Henri Dobler, amoureux de l’art et du patrimoine qui a tenté tant bien que mal de préserver ce lieu, du moins le peu d’éléments qui pouvaient encore l’être.


 L’Hôtel aux XVIIe et XVIIIe siècles :

Comme pour la plupart des hôtels particuliers du Cours, c’est au XVIIe siècle qu’il faut remonter si l’on veut approcher la date de sa construction. Au XVIIIe siècle, il fut transformé en hôtellerie.


 L’Hôtel aux XIXe et XXe siècles :

Le XIXe siècle, le calme avant la tempête :
Au XIXe siècle tout semblait aller pour le mieux, les murs accueillaient une auberge et devinrent propriété de la famille d’Estienne d’Orves, c’est d’ailleurs de cette famille que vient la tardive dénomination de cet édifice qui lui est restée encore aujourd’hui. En 1822, on y mentionne la présence au rez-de-chaussée du bureau de la diligence en poste pour Draguignan et Brignolles. En 1855 c’est une confiserie puis un bazar. Durant ces différentes occupations commerciales, il semblerait que la décoration intérieure et son allure générale aient été jusque là préservés.

Le XXe siècle, le début de la fin :
Un tel joyau méritait d’être classé, ce qui fut chose faite par étapes et en parties: la rampe d’escalier en 1929, puis ce fut au tour de la façade et de la toiture en 1930. A ce stade, qui aurait pu alors imaginer ce qui allait se produire seulement six ans plus tard?
Peu après son classement, la société « Printania » fit l’acquisition des lieux suite à la vente de l’édifice par ses anciens propriétaires. C’est alors qu’une demande pour le moins surprenante fut émise par les nouveaux propriétaires des lieux: le déclassement de l’Hôtel d’Estienne d’Orves. En général, une telle demande n’est acceptée que dans des cas extrêmement rares. Et pourtant, en 1936 la décision fut acceptée et signée.

Si l’on s’en tient aux informations présentes sur le site de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, l’hôtel fut rayé de la liste par un arrêté daté du 29 octobre 1936.

La mention de l'arrêté du 19 octobre 1936 - Source: Médiathèque de l'architecture et du patrimoine.
La mention de l’arrêté du 29 octobre 1936 – Source: Médiathèque de l’architecture et du patrimoine.

Suite à l’avis favorable au déclassement, les travaux ne se firent pas attendre. Et dès la fin de la même année la porte d’entrée et la rampe de l’escalier disparurent. Le comble (comme le mentionne Marcel Provence) c’est que quelques années plus tôt, le bazar « Printania » avait fait figurer cette même rampe sur l’une de ses publicité dans une publication, « …il semble que les bazardiers en aient été quelque peu fiers… » à croire que ça n’était définitivement plus le cas.

Penchons-nous sur ces fameuses ornementations aujourd’hui disparues:
A l’intérieur, son escalier qui était selon les dires de ceux qui ont eu la chance de le voir,« …à double part en fer forgé, doté d’une rampe à panneaux Louis XV des plus séduisantes… » . Bon nombre de gypseries étaient également présentes. En ce qui concerne l’extérieur, la façade était percée d’ouvertures plus étroites que celle que nous voyons aujourd’hui. (En revanche j’ignore si l’élargissement de ces ouvertures date des travaux des années 30 ou de plus tard).

Les ouvertures de la façade étaient plus étroites que celles que nous voyons aujourd'hui. Le lieu était occupé par les "Nouvelles Galeries" - Détail d'une carte postale ancienne
Les ouvertures de la façade étaient plus étroites que celles que nous voyons aujourd’hui.
Le lieu était occupé par les « Nouvelles Galeries » – Détail d’une carte postale ancienne

La porte principale de l’hôtel se trouvait quant à elle sur la droite de la façade comme nous pouvons le voir sur la photographie ci-dessous. Observez au passage les ouvertures plus étroites qu’aujourd’hui.

La façade de l'hôtel d'Estienne d'Orves avant sa modification - Détail d'une carte postale ancienne
La façade de l’hôtel d’Estienne d’Orves avant sa modification – Détail d’une carte postale ancienne

Pour comparer voici une vue prise de nos jours selon à peu près le même angle :

La même vue de nos jours - Photo: © Aix en découvertes
La même vue de nos jours – Photo: © Aix en découvertes

Ajoutons à cela un portail à carrosses qui était situé dans la rue Nazareth et qui s’ouvrait sur une arrière cour.

Le voici représenté sur deux plans anciens:
– Vers 1850 (portail et arrière cour):

Le portail et l'arrière cour de l'Hôtel vers 1850 Plan: Voir dans les sources
Le portail et l’arrière cour de l’Hôtel vers 1850
Plan: Voir dans les sources

– En 1897 (portail uniquement):

Le portail représenté sur un plan de 1897 Plan - Voir dans les sources
Le portail représenté sur un plan de 1897
Plan – Voir dans les sources

Voici une représentation de la cour et du portail sur une vue aérienne de 1930 et la même vue de nos jours:

- A gauche: le portail et l'arrière cour encore en place en 1930 - Photo: © IGN-GEOPORTAIL / 1930 - A droite: la même vue en 2014. Le magasin a comblé le vide - Photo Google Earth
– A gauche: le portail et l’arrière cour encore en place en 1930 – Photo: © IGN-GEOPORTAIL / 1930
– A droite: la même vue en 2014. Le magasin a comblé le vide – Photo Google Earth

En 1936 la porte d’entrée fut détruite tout comme le portail à carrosse qui était situé dans la rue Nazareth.

C’est a ce moment de l’histoire qu’apparaît Henri Dobler :
Henri Dobler (1863-1941) était  collectionneur / amateur d’art (qui fut un temps propriétaire du Pavillon de Vendôme). Lorsque vint le tour du portail à carrosses situé dans la rue Nazareth d’être démonté (toujours dans les années 30), Mr Dobler lança ce que l’on appellerait de nos jours une « campagne de presse » dans la presse locale. Ces articles publiés avaient pour but de sensibiliser les lecteurs et sauver les pierres de ce portail qui était selon lui l’un des plus importants d’Aix. Il parvint finalement à en récupérer chaque éléments, en les numérotant pierre par pierre.

Le magasin couvre désormais l’espace autrefois occupé par le portail à carrosses et l’arrière cour:

L'ancien emplacement du portail à carrosses dans la rue Nazareth Photo: © Aix en découvertes
L’ancien emplacement du portail à carrosses dans la rue Nazareth
Photo: © Aix en découvertes

Henri Dobler avait en tête un meilleur avenir pour ce portail : l’élever dans ce qui était dans les années 30 « le nouveau jardin public » (l’actuel Parc Jourdan) et y placer en dessous une stèle dédiée au victimes de la première guerre mondiale. Suite à cette demande, les pierres auraient été déplacées au parc mais je ne peux confirmer si le portail y fut remonté à l’époque.

Ce qui est sûr, c’est que vers 1950, lorsque la ville aménagea le jardin Campra (à l’angle des rues des Ménudières et Pierre et Marie Curie, derrière la cathédrale), le portail y fut déplacé et remonté. Cependant, de nos jours, point de portail à l’entrée de ce jardin. Pourquoi me direz-vous?

L'entrée du jardin Campra où fut installé le portail vers 1950 Aujourd'hui il n'y est plus - Photo: © Aix en découvertes
L’entrée du jardin Campra où fut installé le portail vers 1950
Aujourd’hui il n’y est plus – Photo: © Aix en découvertes

La raison de l’absence de se portail de nos jours, c’est qu’entre les années 90 et 2000, il fut enlevé, probablement dans un soucis d’accessibilité au jardin et fut remplacé par l’actuel portail électrique. En ce qui concerne son emplacement actuel, je ne suis pas encore parvenu à le retrouver malgré bon nombre de recherches auprès de divers services de la ville.

Malgré les tentatives de sauvegarde de l’hôtel par l’A.P.D.A.P.A. (Association de protection des demeures anciennes et paysages aixois), les travaux de réaménagement eurent lieu les années suivantes. Notamment en 1965 et 1966 où son intérieur fut profondément remanié pour ne pas dire anéanti. La photo ci dessous illustre bien le fait que les seules parties conservées furent les murs est et ouest ainsi que la façade déjà modifiée dans les années 30.

Les grands travaux de 1966 - Photo: © IGN-GEOPORTAIL / 1966
Les grands travaux de 1966
Photo: © IGN-GEOPORTAIL / 1966

Le document ci-dessous provient lui aussi du site de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine. Il reprend les grandes dates de l’hôtel au XXe siècle: son classement dans les années 30, son déclassement en 1936 et les travaux de 1965 et 1966.

Les grandes dates de l'hôtel au XXe siècle - Source: Médiathèque de l'architecture et du patrimoine
Les grandes dates de l’hôtel au XXe siècle – Source: Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

Malgré l’étendue des travaux effectués, certains éléments d’origine ont été préservés comme ceux visibles sur la façade à l’est. On y distingue encore une ancienne entrée murée ainsi que plusieurs baies aujourd’hui elles aussi condamnées. Voyez la fenêtre condamnée à gauche sur la photo ci-dessous, sachez que les ouvertures de la façade principale avaient à l’origine à peu près les mêmes proportions que celle-ci. C’est dire si elles étaient bien moins larges que les ouvertures actuelles.

Une ancienne entrée latérale et une fenêtre condamnée sont visible depuis la rue Nazareth. La fenêtre à droite nous donne une idée des proportions qu'avaient les ouvertures de la façade principale avant leur élargissement. - Photo: © Aix en découvertes
Une ancienne entrée latérale et une fenêtre condamnée sont visible depuis la rue Nazareth.
La fenêtre à gauche nous donne une idée des proportions qu’avaient les ouvertures de la façade principale
avant leur élargissement.
Photo: © Aix en découvertes

Au fil du temps, différentes enseignes commerciales ont occupé les lieux. La dernière en date est Monoprix, qui est installée sur le cours Mirabeau depuis 1967.

Difficile de conclure cet article sans un lourd pincement au cœur quant à ce qu’à subi ce lieu. On peut tout de même essayer d’y voir du bon en se disant qu’il est encore en place malgré ses aménagements multiples. Il ne reste plus qu’à souhaiter à l'(ancien?) hôtel d’Estienne d’Orves un bel avenir en espérant qu’un tel massacre ne se reproduise pas à nouveau.

Et si ce nom d’Estienne d’Orves vous dit peut-être quelque chose, c’est en raison du fait que, malgré ce que l’hôtel a subi, ce nom est encore présent dans Aix mais dans un lieu bien moins sympathique… C’est en effet le nom de la rue où se trouve le centre des impôts

L'allée d'Estienne d'Orves - Photo: © Aix en découvertes
L’allée d’Estienne d’Orves près du centre des impôts (Finances Publiques) du Jas de Bouffan – Photo: © Aix en découvertes

 Note :

Le déclassement de l’hôtel date de 1936 et les travaux du nouveau bazar ont commencé la même année pour le bazar Printania. Cependant Wikipédia mentionne que le déclassement fut certes fait cette année là, mais pour l’installation d’un commerce seulement dans les années 60. Personnellement, je me suis en partie basé sur les écrits de Marcel Provence et Jean Pourrière qui sont des sources relativement fiables. Le texte de Wikipédia est basé sur des écrits de Jean Boyer qui est une source tout aussi fiable que les miennes. Le doute à propos de certaines dates plane  donc encore un peu…


 – Note bis :

Si l’un ou l’une d’entre vous aurait des infos concernant l’actuelle localisation du portail à carrosses (qui se trouvait dès 1950 à l’entrée du jardin Campra et probablement jusqu’au début des années 90), ou une photo de celui-ci que vous m’autoriserez à publier, merci de me contacter en cliquant ici: « me contacter« .


POUR CITER CET ARTICLE :

Merci de mentionner mon nom et celui du site dans votre publication en y insérant un lien vers l'article cité (comme dans l'exemple ci-dessous) :

[Damien Pachot - Aix en découvertes.com
- URL de l'article : https://www.aixendecouvertes.com/hotel-estienne-d-orves-monoprix-aix/]

- - -
Pour tout renseignement complémentaire, merci de consulter les conditions de réutilisation du contenu du site ou me contacter.

 Sources:

Jean Pourrière: Aix en Provence – Rues et monuments (1952)
Marcel Provence: Le Cours Mirabeau (1953)
Arrêté de déclassement de l’hôtel – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine
Les grandes dates de l’hôtel au XXe siècle – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine
Les activités de l’A.P.D.A.P.A. au fil des années: A.P.D.A.P.A
Plan vers 1850: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530293237
Plan vers 1897: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8441558d
Biographie d’Henri Dobler: wikipedia.org (Article en anglais)
Philippe Vaudour – L’organisation de l’espace commercial aixois 
Ambroise Roux Alphéran: Les rues d’Aix – Tome 2

et pour les vues aériennes anciennes :  Remonter le temps (service de Géoportail)

Si vous avez aimé, libre à vous de partager 🙂

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "De l’hôtel d’Estienne d’Orves au Monoprix"

avatar
Trier par:   récents | anciens | notes
Colombo
Invité
Aixois expatrié dans les Alpes Maritimes, c’est avec un immense plaisir que je découvre ce site alors que cette ville, jamais ne s’arracher a de mon cœur.
Pour l’anecdote, lorsque le Monoprix fut inauguré, il me semble que cela fut en avril 1967, c’est moi qui fut choisi du haut de mes 3 ans pour couper le ruban.

Si certaines personnes possèdent des documents sur cette inauguration ou des renseignements plus précis sur cette période, c’est avec un immense plaisir que j’en prendrais connaissance.

Antonincolombo

willems grossi
Invité
Bonjour , voyez la bibliothèque Méjanes , les journaux de cette période , peut-être trouverez vous la photo que vous recherchez ou plus simplement , voir Ely , passage Agard , une mine de photos .
vous me direz si ça a abouti.
laure willems
wpDiscuz
error: Clic droit désactivé momentanément