La porte des Augustins


(Article mis à jour et agrémenté de plus d’infos le 25 Mars 2015)

A Aix il est presque possible de marcher dans les pas d’anciens rois de France, simplement en empruntant l’entrée de la rue Espariat débouchant sur la place de la Rotonde.

En effet, à l’entrée de cette rue, face à la place des Augustins, existait autrefois l’une des anciennes portes de la ville qui avait pour nom la Porte des Augustins, mais aussi le nom de Porte Royale.

L'entrée de la rue Espariat, près de là ou se trouvait l'ancienne Porte Royale.
L’entrée de la rue Espariat, près de là ou se trouvait l’ancienne Porte Royale.

La porte au fil des siècles :

Il faut savoir qu’au départ cette porte qui marquait l’entrée sud-ouest de la ville ne portait pas ce nom et ne se trouvait pas à cet emplacement. Elle fut d’ailleurs déplacée plusieurs fois en raison des multiples agrandissements que la ville a connu (voir les évolutions d’Aix au fil des siècles).

A présent, nous allons  remonter plusieurs siècles en arrière et utiliser le plan ci-dessous qui détaille les agrandissements du quartier et les différents emplacement de la porte

Les différents emplacements de la porte sud-ouest de la ville au fil des agrandissements. Illustration: © Aix en découvertes
Les différents emplacements de la porte sud-ouest de la ville au fil des agrandissements. Illustration: © Aix en découvertes

Le XIIe siècle (N°1 sur le plan):

Si il fallait situer un commencement dans le temps, on choisirait le XIIe siècle. A cette époque, la ville était bien moins étendue qu’aujourd’hui et en deux parties: le bourg Saint-Sauveur au nord et la ville Comtale au sud. L’équivalent de ce qui deviendra la porte des Augustins (entrée sud-ouest de la vieille ville) se trouvait à cette période à peu près en haut de l’actuelle rue Bédarrides, là où se croisent presque les rues de la Verrerie et de l’Annonerie-Vieille. On appelait alors cette porte Porte de Marseille ou des Marseillais, en raison du fait qu’elle donnait sur un ancien chemin qui y conduisait.

Le XIIIe siècle (N°2 sur le plan):

La ville Comtale se développe très légèrement vers l’ouest et le sud, de ce fait, la porte sera déplacée plus bas, à l’intersection entre les actuelles rues Bédarrides et Espariat. A cette époque, elle prit alors le nom de porte des Augustins. (Voir explication plus bas).

Le XIVe siècle (N°3 sur le plan):

Le bourg Saint-Sauveur et la ville Comtale sont réunis et ne forment désormais plus qu’un. La ville continue son développement vers le sud et l’ouest. En raison de ces nouveaux changements, la porte sud-ouest est de nouveau déplacée, cette fois-ci, environ au croisement entre les actuelles rues Isolette, Paul Doumer et Espariat. Selon l’auteur Roux-Alphéran, c’est à cette époque qu’elle reçu un autre nom: celui de Porte Royale. (Voir explication plus bas).

Les XVe et XVIe siècles

La ville continuera de se développer, mais à l’est. Par conséquent, aucune raison de modifier l’emplacement de la porte qui restera au même endroit jusqu’au tout début du XVIIe siècle.

Le XVIIe siècle (N°4 sur le plan):

C’est au cours de ce siècle que la porte verra son dernier « déménagement ». On pourrait penser que l’agrandissement qui en est responsable serait celui de la création du quartier Mazarin vers le milieu du XVIIe au sud mais ce n’en est rien. Car avant celui-ci, il y en eu un autre plus petit mais pas tant que ça.

Si la porte fut avancée de quelques mètres, à peu près à l’entrée de l’actuelle rue Espariat, c’est en raison de la création du quartier de Villeverte qui englobe la zone entre les actuelles rues des Tanneurs, d’Entrecasteaux, le Cours Sextius et la place de la Rotonde. La création de ce nouveau quartier aurait débuté vers 1605 et la porte des Augustins aurait été déplacée peu d’années après. Suite à cet ultime déplacement, son emplacement ne sera plus modifié. Détail qui a toute son importance: elle fut détruite au XIXe siècle.


 Porte des Augustins et Porte Royale, explication de deux appellations:

– Porte des Augustins, car leur couvent et leur église étaient tout proche, le clocher existe encore et une partie de l’église se trouve aujourd’hui dans l’hôtel des Augustins.

– Porte Royale, c’est parce que c’est par cette porte que les rois faisaient leur entrée dans la ville.

Parmi ces derniers on peut citer (entre autre):  François 1er, Charles IX, ou encore un certain Louis XIV. Alors la prochaine fois que vous emprunterez cette rue, soyez fiers de vous dire que de grandes personnalités historiques sont aussi passées par là.


– Voici la porte des Augustins reconstituée en 3 dimensions, telle qu’elle était peu avant sa destruction :

Quelques représentations de la porte:

Bien que la porte ai été représentée sur plusieurs plans anciens d’Aix, rien ne prouve que ses différentes vues soient authentiques et qu’elle représentent la porte telle quelle était réellement. Malgré tout, j’ai souhaité vous en faire partager quelques unes:

– La porte représentée au XVIe siècle:

La porte près du couvent des Augustins - 1575 - Belleforest
La porte près du couvent des Augustins – 1575 – Belleforest
La porte vers 1591 - Archives de Turin
La porte vers 1591 – Archives de Turin

– La porte représentée au XVIIe siècle:

La porte vers 1623 - Maretz
La porte vers 1623 – Maretz
La porte vers 1666 - Pitton / Cundier?
La porte vers 1666 – Pitton / Cundier?

 – Article en lien avec ce sujet

Les dernières portes d’Aix

 

 


POUR CITER CET ARTICLE :

- Sur une publication web ou papier : Mentionnez le nom de l'auteur de l'article et un lien vers l'article source.
- Sur les réseaux sociaux : Evitez d'extraire des photos du site, ça ne sert à rien. Partagez seulement le lien de l'article qui vous a plu.
Plus d'infos en cliquant ici pour les conditions ou ici pour me contacter.

Sources:
Roux-Alphéran – Les Rues d’Aix Tome 2
Plan des archives Turin: archiviodistatotorino.beniculturali.it
Plan Pitton 1666: gallica.bnf.fr


1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Les dernières portes d'Aix - Aix en découvertes Recent comment authors
récents anciens notes
trackback
[…] porte qui a beaucoup voyagé (voir cet article) fut ouverte à l’extrémité sud de l’actuelle rue Espariat au XVIIe […]