Les noms des rues du village des Milles


Qui n’a jamais observé un panneau, aux Milles ou ailleurs, sans se demander qui était celui ou celle qui a son nom dessus ? Raison pour laquelle j’ai commencé depuis un certain temps à recenser les noms de rues, places, chemins et ronds-points des Milles. Ceci, en fait, pour redonner leur histoire à ces noms et lieux.

– – –

Le but de ma manœuvre :

Mon idée est simple. En y regardant de plus près, on nomme des rues du nom de personnalités pour honorer leur mémoire. Mais si on ne sais pas qui elles sont ou ce qu’elles ont fait, alors on fini logiquement par oublier ce qu’elle étaient, et donc qui elles étaient.

A mon sens, nommer une rue ne suffit pas. Il faudrait préciser, même en une ligne, qui étaient ces personnes. Raison pour laquelle j’ai tenté de dépoussiérer certains de ces noms inscrits sur les panneaux qui nous entourent aux Milles.

Pour certains, l’explication du nom ainsi que leur histoire est présente, mais pour d’autres, je n’ai pas été en mesure d’expliquer le « pourquoi » de la dénomination. Ambroise Roux-Alphéran avait publié « Les Rues d’Aix » au XIXe, ouvrage détaillant les noms et histoires des rues aixoises, à mon tour de m’essayer à cet exercice pour le village des Milles (en toute modestie bien sûr !).

– – –

Cet article est en lien avec :
– Mon article sur l’origine du village des Milles ;
– Mon article sur la chronologie Milloise ;
– Et mon article sur le petit patrimoine des Milles.

Cette liste de noms de rues et lieux millois se veut forcement non-exhaustive et en cas d’erreur de ma part ou de complément d’information, ou si vous avez des infos SOURCÉES sur l’origine du nom de certaines rues, n’hésitez pas à me contacter.

Pour ces recherches, j’ai utilisé :
– les inscriptions sur les monuments aux morts du village (cimetière et gare) ;
– les registres des morts pour la France présents sur le site Mémoire des Hommes ;
– le site de la presse ancienne consultable sur le site de la bibliothèque numérique de la Méjanes ;
– l’ouvrage de Lou Barrit « Les Milles notre village à travers les âges » ;
– les différentes délibérations de la mairie d’Aix pour les dénominations récentes.
– la plaque à proximité de la mairie recensant les différents adjoints spéciaux qu’à connu le village des Milles.

– – –

– Précision :
Si un nom n’est pas présent, c’est que je n’ai encore rien trouvé à propos de lui.

– – –

Il y a la liste plus bas, mais j’ai aussi tout ajouté sur une carte ci-dessous (cliquez ici si la carte ne s’affiche pas)


Les noms des chemins, avenues, rues et places :

Liste non-exhaustive

8 MAI (place du) :
Place nommée en rapport avec la date du 08/05/1945 symbolisant la date de fin de la seconde guerre mondiale. Depuis le 02/10/1921 elle accueille un monuments aux morts. Actuellement c’est un terrain de boule. Autrefois, c’était le « parvis » de l’ancienne gare du village des Milles, qui fut ouverte aux voyageurs le 10/10/1856 et fermée le 18/04/1939.

12 JUILLET 1998 (rue du) :
Nommée en souvenir de la date de la victoire de l’équipe de France de Football en coupe du monde. Ce soir là, la France a battu le Brésil 3 buts à 0. Voie ouverte en 2011.

ALLIÉS (avenue des) :
Cette voie fut ouverte à la fin du XIXe siècle vers 1880. D’abord simple chemin, on y a construit à partir de 1888 la « Cité ouvrière des tuileries ». Ce sont les maisons qui se trouvent sur son coté ouest et qui étaient destinées à loger les salariés de la tuilerie ouverte en 1882. Son nom actuel est en rapport avec la seconde guerre mondiale.

Louis AMOURIQ (avenue) :
Nommée en souvenir de Louis Amouriq, qui fut adjoint spécial à la mairie des Milles du 05/05/1953 au 25/03/1965. Tout comme l’avenue Frédéric Mistral (dont elle est le prolongement), cette voie faisait partie, avant le XIXe siècle, du « Chemin d’Aix à Martigues ». A partir de 1813, elle devint le « Chemin départemental n° 6 ». A partir de 1904 elle fut renommée « Chemin vicinal de grande communication n° 15 ». En 1938 elle devint la « Route départementale n°9 », avant que le tracé de cette voie ne soit dévié au sud vers 1966-68 pour contourner le village des Milles. Très ancienne voie.

Louis BERTON (rue) :
Nommée en souvenir de Louis Augustin Berton, né le 13/03/1906 et mort le 09/04/1998. Ancien agriculteur, il a travaillé sur le secteur où la rue fut implantée. Rue nommée en 2014 et ouverte en 2015.

Marcel BRÉMOND (cours) :
Marcel Brémond fut adjoint spécial à la mairie des Milles de 1925 à 1930. Depuis les années 1930, le cours porte son nom. Historiquement, seconde place du village, créée entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe.

Célestin BRESSIER (avenue) :
Célestin Bressier fut adjoint spécial à la mairie des Milles du 21/05/1935 au 24/04/1941.

Roger CHAUDON (avenue) :
Roger Paul Gaston Chaudon, né le 16/05/1908 aux Milles, fut fusillé à Signes le 18/07/1944 lors de la seconde guerre mondiale à l’âge de 36 ans. Cette voie fut souvent indiquée, autrefois, tout comme son prolongement avec l’avenue Albert Couton, comme « Avenue de la gare ». Très ancienne voie.

LA COURONNADE (chemin de) :
Nommé en raison du fait que ce chemin mène au quartier de La Couronnade. Ce quartier a, par ailleurs, connu diverses appellations au fil des siècles : « Coronnadas » (1223), « Coronatis » (1314), « Coronadis » (1345), « Coronada » (1444), « Colonnadas » et « Colonatis » (1517), « Coronado » (1550), « Coronade » (1575) – (source : Jean Pourrière – Recherches sur la première cathédrale d’Aix-en-Provence – 1939, page 103 à 106).

Albert COUTON (avenue) :
Né le 16/04/1916 – mort à La Bastide de Leves (81) le 17/08/1944 à l’âge de 28 ans lors de la seconde guerre mondiale. Voie souvent indiquée, autrefois, tout comme son prolongement avec l’avenue Roger Chaudon, comme « Avenue de la gare », en raison du fait qu’elle menait à l’ancienne gare à l’ouest du village. Très ancienne voie.

Albert DECANIS (avenue) :
Albert Philémon Noël Decanis, né le 24/08/1904 – Mort le 09/07/1940 (hôpital de prisonniers de guerre) à l’âge de 35 ans lors de la seconde guerre mondiale.

DÉPORTÉS (chemin des) :
Nommé ainsi car se trouvant à proximité du camp des Milles d’où eurent lieu de nombreuses déportations en 1942, il était emprunté par ces derniers en direction des trains destinés à les mener vers les camps de la mort.

DU PONT (rue) :
Nommé ainsi, très probablement, en raison de sa proximité avec le pont enjambant l’Arc.

Adrien DURBEC (avenue) :
Né le 10/05/1913 – Mort le 10-06-1940 à Saint-Germain-en-Laye (78) à l’âge de 27 ans lors de la seconde guerre mondiale.

L’ÉGLISE (rue de) :
Nommée ainsi car elle mène à l’église. Cette voie, ainsi que son prolongement sur le cours Marcel Brémond aurait aussi eu, autrefois, pour nom « chemin des Carriers », car se trouvant dans le prolongement du chemin menant aux carrières d’argile au nord-est du village (source : Lou Barrit – Les Milles notre village à travers les âges – page 129). On la retrouve aussi parfois nommée « rue des Écoles » sur d’anciennes cartes postales. Au XIXe siècle, elle se trouvait sur le tracé de l’ancien « chemin vicinal n°25 », puis à partir d’une réforme de 1885 sur l’ancien « chemin d’intérêt commun n°13 ».

Maurice ESTRANGIN (rue) :
Maurice Estrangin, né en 1882 fut le fondateur de la cave coopérative des Milles. Rue nommée en 2015 et ouverte vers 2013-2014.

Émilien GAUTIER (rue) :
Nommée en souvenir d’Émilien Marius Laurent GAUTIER, né le 14/01/1912 et mort le 31/05/1983. Ancien boucher des Milles, il fut le créateur du cercle social du 3e âge aux Milles, il fut aussi très investi dans la philharmonique des Milles. Rue nommée en 2014 et ouverte en 2018.

Aimé GAZEL (place) :
Nommée en hommage à Aimé Gazel, né le 07/04/1878, mort le 27/05/1953. Il fut, entre autre, architecte honoraire de la ville d’Aix, officier de l’instruction publique et directeur de la philarmonique des Milles. Historiquement, première place du village, créée vers la fin du XVIIe siècle.

Louis GRANET (rue) :
Nommée en souvenir de Louis Granet qui fut adjoint spécial à la mairie des Milles du 27/01/1967 au 22/04/1971. Voie ouverte entre 1986 et 1988.

Yves GRANON (rue) :
Yves Granon, né en 1939 aux Milles et mort en 2001 aux Milles. Ancien agriculteur et commerçants en fruit et légumes. Il a fait partie de la cave coopérative des Milles ainsi que du syndicat agricole. Rue nommée en 2015 et ouverte vers 2013-2014.

Albert GUIGOU (chemin) :
Albert Marie Guigou, né à Marseille le 24 mai 1867 – Mort le 09/05/1915 à Vermelles (62) à l’âge de 47 ans lors de la première guerre mondiale (voir aussi Le Mémorial d’Aix du 30 mai 1915, page 2, colonne 3). Cette voie fut ouverte à la fin des années 1960 lors de la création du contournement de la D9 par le sud du village des Milles.

André GUIRAND (rue) :
André Guirand, né à Aix en 1907, mort en 1981 aux Milles. Ancien agriculteur, il a fait partie de la Cave Coopérative et du syndicat agricole. Rue nommée en 2015 et ouverte vers 2013-2014.

LA BADESSE (chemin de) :
Pour ce qui est de son nom :
– Hypothèse n°1 : le terme « badesse » pourrait provenir du terme « badessa«  (et « abadesso«  en provençal), dérivé du latin « abbatĭssa », signifiant « abbesse ». Ce qui pourrait indiquer un lien, d’une manière ou d’une autre, avec un ancien édifice religieux ou une ancienne propriété ou terrain, possédés par des religieux dans les environs.
– Hypothèse n°2 : Il pourrait s’agir du nom d’une famille ayant vécu dans les environs. Un nom composé en « La Badesse » ou « Labadesse ».
Ce chemin est une impasse depuis l’établissement de la base aérienne dans les années 30. Auparavant, il reliait directement en ligne droite vers l’ouest l’actuelle D65 en direction de Saint-Pons. Au XIXe siècle, elle était nommée « chemin d’Aix à Rognac ». A partir de 1885, elle fut intégrée au tracé de l’ancien « chemin vicinal d’intérêt commun n°12 » d’Aix à Saint-Pons.

Robert LAGIER (square) :
Nommé en souvenir de Robert Lagier, né le 22/06/1935 et mort pour la France le 17/08/1956 en A.F.N.

L’ENFANT (route de) :
Nommée ainsi en raison du fait qu’elle mène en direction du château de l’Enfant situé au sud du village des Milles.

L’OLYMPE (chemin de) :
Nom probablement donné en référence à Olympe d’Olivary, l’une des filles du Marquis Gaston Marius Ovide d’Olivary (1774-1865), qui possédait les terres environnant ce chemin.

Raymond MAZELLA (rue) :
Né le  04/02/1908 – Mort le 02/06/1940 à Spycker (59) lors de la seconde guerre mondiale.

Paul MICHEL (rue) :
Paul Victor Michel, né le 27/01/1906 – Mort le 05/06/1940 à Marchélepot (80) à l’âge de 34 ans lors de la seconde guerre mondiale.

Frédéric MISTRAL (avenue) :
Nommée en hommage au poète provençal (1830-1914). Tout comme l’avenue Louis Amouriq (dont elle est le prolongement), cette voie faisait partie, avant le XIXe siècle, du « Chemin d’Aix à Martigues ». A partir de 1813, elle devint le « Chemin départemental n° 6 ». A partir de 1904 elle fut renommée « Chemin vicinal de grande communication n° 15 ». En 1938 elle devint la « Route départementale n°9 », avant que le tracé de cette voie ne soit dévié au sud vers 1966-68 pour contourner le village des Milles. Très ancienne voie.

Marcel MOUTTET (rue) :
Nommée en hommage à Marcel Mouttet (1921-2015) depuis une décision de 2016. Marcel Mouttet fut adjoint spécial à la mairie des Milles du 23/04/1971 au 19/13/1989 puis du 18/06/1995 au 18/03/2001. Il fut, entre autre, vice-président de la cave coopérative des Milles de 1955 à 2002 et a fondé le club du 3ème âge des Milles en 1972. Voie ouverte dans la première moitié des années 80.

PLAN D’AILLANE (chemin du) :
Nommé en raison du fait qu’il mène au lieu nommé « Plan d’Aillane » qui couvre une zone à l’ouest du village. Cette voie est une impasse créée vers 1966-68 suite au remodelage de la D9, lors de la création du contournement du village des Milles par le sud. La D9 initiale, avant remodelage menait aussi au plan d’Aillane.

Gerard PAULMYER (allée) :
Allée apparue dans les années 1950. Nommée en hommage à Gerard Paulmyer (1923-2001) – Ancien directeur de la tuilerie des Milles depuis sa réouverture après la seconde guerre mondiale (source : Lou Barrit – Les Milles notre village à travers les âges – page 230).

Charles PIZZALA (rue) :
Nommée en souvenir de Charles Pizzala, né aux Milles le 2/09/1907et mort en 2001. Il fut chef d’atelier à la tuilerie des Milles de 1946 à 1974. Rue nommée en 2012 et ouverte en 2013.

Docteur REIBAUD (avenue du) :
Rue ouverte vers 1975. Nommée en hommage au docteur Gabriel Reibaud qui fut l’un des rares médecins à être autorisé à pratiquer des soins aux personnes internés au camp des Milles lors de la seconde guerre mondiale. Il fut aussi adjoint spécial à la mairie des Milles du 12/09/1944 au 18/05/1945.

Marius REQUIER (avenue) :
Nommée en hommage à Marius Requier, adjoint spécial à la mairie des Milles du 24/04/1941 au 12/19/944. Il fut aussi le donateur du terrain occupé par l’actuel stade qui porte aussi son nom. Ancien président du syndicat agricole et de la coopérative agricole des Milles, il était propriétaire du domaine de Bérage au sud-est du village (source : Le Mémorial d’Aix du 10 juillet 1938, page 1, colonne 5). Voie ouverte vers 1975-1977.

Henri REYNAUD (rue) :
Henri Fernand Eloi Reynaud, né le 09/05/1907 – Mort le 06-06-1940 à Roiglise (80) à l’âge de 33 ans lors de la seconde guerre mondiale.

Marcel ROCHE (rue) :
Marcel Roche fut adjoint spécial à la mairie des Milles du 26/10/1947 au 04/05/1953. Depuis les années 1980 et la création du quartier des « Demeures de Monclar », la rue Marcel Roche est devenue partiellement piétonne. Sa portion sud, sur le pont est accessible aux véhicules, tandis que sa portion nord qui traverse le quartier des « Demeures de Monclar » est devenue piétonne.

SERRE (chemin du) :
– Hypothèse n°1 : ce nom pourrait venir du latin « serra » indiquant un crête dentée, le chemin du Serre suivant effectivement une colline et son sommet, et donc une crête.
– Hypothèse n°2 : Cette dénomination pourrait provenir d’un nom de famille ou autre.

Amédée TAVERNIER (rue) :
Nommée en souvenir de Amédée Marius Elme TAVERNIER, né le 05/101886 et mort le 28/09/1962. Ancien agriculteur, il a travaillé sur le secteur où la rue fut implantée. Rue nommée en 2014 et ouverte en 2015.

Louis THIERRE (place) :
Nommé en rapport avec le donateur du terrain qui a permis l’aménagement de cette place, située à proximité du cours Brémond. Place nommée en 2015.

TUILERIE (rue de la) :
Rue nommée en souvenir de la tuilerie des Milles qui est intimement liée à l’histoire du village. Rue nommée en 2012 et ouverte en 2013.

Jeannot TROTEBAS (rue) :
Mort aux Milles en 2014, ancien membre du CIQ Millois, ancien professeur d’Université. Rue nommée en 2015 et ouverte vers 2013-2014.

LA VALETTE (chemin de) :
Nommé ainsi en raison du fait qu’il menait au château de La Valette, situé à l’ouest du village des Milles. D’abord simple chemin, il fut élargi dans la seconde moitié du XXe siècle.

– – –

Les noms des ronds-points :

Liste non-exhaustive

Rond-Point Albert ANDRIEUX :
Nommé en souvenir d’Albert Andrieux né en 1903 et mort en 1978. Administrateur de la Cave Coopérative des Milles et du Syndicat Agricole, membre de la Philarmonique indépendante des Milles et du CIQ. Rond-point nommé en 2016 et construit fin des années 1990 ou début 2000 mais avant 2002.

Rond-point de la BLANCHERIE :
Nommé en mémoire du lieu ou les serviteurs du château de la Pioline auraient eu pour habitude de venir laver le linge au XVIe siècle. Le lieu a aussi accueilli un camp d’arméniens qui, eux aussi, lavaient leur linge dans la Luynes. Rond-point nommé en 2016 et construit en 1998.

Rond-Point COMTESSE D’ANSELME :
Nommé en souvenir la dernière propriétaire de la lignée (décédée en 1958) ayant habité le Château de Saint-Girons, tout proche. Rond-point nommé en 2015 et construit en 2013.

Rond-point COLBERT DE SEIGNELAY :
Nommé en mémoire de Jean-Baptiste Antoine Colbert, marquis de Seignelay, né le 01/11/1651 et mort le 03/11/1690. Il était le fils et successeur de COLBERT dans ses charges ministérielles. Rond-point nommé en 2014 et construit vers 1992.

Rond-point Joséphine FERRATO :
Nommé en souvenir de Joséphine Ferrato, née en 1914, morte en 2008. Cuisinière durant de nombreuses années lors des kermesses de l’école Sainte Bernadette, diverses associations, club du troisième âge, anciens combattants, jusqu’à ses 90 ans. Rond-point nommé en 2016 et construit dans la seconde moitié des années 1980.

Rond-point Aimé MILLE :
Nommé en souvenir d’Aimé Mille, né à Aix en 1905, mort à Aix en 2002. Neveux de Marcel Brémond, agriculteur et éleveur des porcs, chevaux et moutons. Il fut l’un des derniers bergers des Milles. Rond-point nommé en 2016 et construit vers le milieu des années 1990.

Rond-point de la PETITE USINE :
Nommé en souvenir d’une briqueterie qui existait à l’emplacement du centre commercial Carrefour (plus d’infos en cliquant ici). Ouverte en 1913, cette « petite usine » fut réquisitionnée par les allemands en 1942 qui l’incendièrent en quittant les lieux lors de la libération. Rond-point nommé en 2016 et construit vers 1979-1981.

Rond-Point Paul PELLEGRIN :
Nommé en souvenir de Paul Pellegrin, né à Marseille en 1910, mort à Aix en 1988. Ancien président de la fédération des exploitants agricoles, président de la Chambre d’Agriculture des Bouches du Rhône et de Provence, président de la Caisse du Crédit Agricole d’Aix et d’Arles et fondateur du Crédit Agricole des Milles. Il fut également président de la cave coopérative des Milles de 1954 à 1981. Rond-point nommé en 2016 et construit à la fin des années 80.

Rond-point François de SABOULIN BOLLENA :
Nommé en souvenir de François de SABOULIN BOLLENA né le 17/11/1661 et mort le 11/02/1717. Il fut premier Échevin, Maire de Marseille en 1702 et Conseiller secrétaire du Roi en la grande Chancellerie en 1704. Rond-point nommé en 2014 et construit en 2017.

Rond-point Roger RUGIRELLO :
Nommé en souvenir de Roger Rugirello, né en 1934 en Tunisie, mort en 2014 aux Milles. Ancien combattant et président de l’amicale des anciens des Milles. Rond-point nommé en 2015 et construit vers 1981-1984.

Rond-Point André WARIN :
Nommé en souvenir d’André Warin, né à Longwy en 1920, mort à Nîmes en 1959. Ancien combattant, chevalier de la Légion d’Honneur. Arrivé aux Milles en 1948, ancien joueur et ancien vice-président de l’Étoile sportive Milloise. Rond-point nommé en 2016 et construit en 2013.

Rond-Point Georges ZORNADA :
Nommé en souvenir de Georges Zornada né en 1965 et mort en 1982 (17 ans). Souhait de dénomination émis par sa famille pour lui rendre hommage. Rond-point nommé en 2015 et construit en 2013.


POUR CITER CET ARTICLE :

- Les textes et images (images où figure le logo Aix en découvertes) de cet article
sont publiés sous licence Creative Commons CC-BY-NC-SA 4.0.


[licence Créative Commons CC-BY-NC-ND logo]

En cas de réutilisation du contenu de cet article vous devez : mentionner le nom de l'auteur de l'article, intégrer un lien vers celui-ci, ne pas faire d'utilisation commerciale du contenu que vous réutilisez et intégrer un lien vers la licence.

- Sur les réseaux sociaux : Evitez d'extraire des photos du site, ça ne sert à rien.
Partagez seulement le lien de l'article qui vous a plu.
Plus d'infos en cliquant ici pour les conditions ou ici pour me contacter.



L'ajout de commentaires est momentanément désactivé.